Affaire Google-Huawei : le Mate 30 sera lancé sans Android

Share

Un porte-parole de Google a confié à Reuters que le groupe chinois ne pourra pas utiliser une version officielle du système d'exploitation de Google, Android, et, par conséquent, avoir accès aux applications comme Google Maps, YouTube, Drive ou Gmail en raison de l'interdiction.

Le numéro deux mondial des smartphones n'abandonne cependant pas l'espoir de récupérer sa licence Android. Puis voilà que l'on apprend aujourd'hui que Google a interdit l'utilisation des services Google pour les Huawei Mate 30 et Mate 30 Pro, qui étaient pourtant très attendus.

La présentation du Mate 30 devrait se faire le 18 septembre, et la date de disponibilité sera certainement annoncée à cette occasion.

C'est ce qu'affirme Reuters d'après les déclarations de représentants de Google / Alphabet, ces derniers soulignant que le report des sanctions décidé par le gouvernement US envers Huawei ne concernait pas les nouveaux produits. Les nouveaux téléphones phares de la marque chinoise seront donc privés des applications et services Google.

Une autre solution pour Huawei est la création de son propre système d'exploitation, HarmonyOS, présenté début août. Ce dernier semble cependant bien loin d'être prêt pour équiper un smartphone, qui plus est un modèle haut de gamme (en l'état, c'est suffisant pour une télé connectée).

Huawei peut probablement utiliser une version libre ("open source") d'Android sans tomber sous le coup de l'interdiction américaine de vente.

La licence a été retirée à Huawei après que Washington a placé le groupe chinois sur une liste noire lui interdisant d'acheter des produits comportant au moins 25% de composants issus d'une technologie ou de matériaux américains. Joe Kelly, porte-parole de Huawei a confirmé à Reuters que " Huawei continuera d'utiliser le système d'exploitation Android et l'écosystème [Google] si le gouvernement américain nous y autorise ". Depuis quelques mois, la guerre économique entre la Chine et les USA impacte principalement la firme Huawei, qui s'est vue bannie d'un quelconque commerce avec des entreprises américaines (cela inclut donc notamment Google), avant que finalement Donald Trump adoucisse les termes de ce ban.

Share