Trump défend la guerre commerciale avec Pékin — États-Unis

Share

"La décision de la Chine de mettre en oeuvre des droits de douane supplémentaires a été rendue nécessaire par l'unilatéralisme et le protectionnisme des Etats-Unis", a dit le ministère chinois. En outre, les 300 milliards de dollars d'importations restantes seront taxés à hauteur de 15 % au lieu de 10 % à partir du 1er septembre.

Le président américain, Donald Trump, a promis de répondre à ces nouveaux droits de douane imposés par Pékin. Après que Pékin a annoncé ce 23 août son intention d'imposer de nouveaux tarifs douaniers sur des produits importés des États-Unis, Trump a twitté une série de mesures qui devraient, selon lui, réduire la dépendance de son pays au marché chinois.

"Le président américain estime que les États-Unis ont perdu des milliards et des milliards de dollars avec la Chine au fil des années parce qu'ils " ont volé notre propriété intellectuelle " et " ils veulent continuer ". Dans des tweets, le président américain indique que Washington relève à partir du 1er octobre les tarifs douaniers de 25 % à 30 % sur 250 milliards de dollars de marchandises chinoises.

"Nous n'avons pas besoin de la Chine et franchement, nous nous portons beaucoup mieux sans elle".

Pour Bill Reinsch, ancien haut responsable du département du Commerce, le président n'a que peu d'options à sa disposition pour forcer la main aux entreprises présentes en Chine et cela risquerait de pénaliser de grands groupes comme Apple, Boeing ou General Motors.

Il s'agit de la quatrième semaine de suite de baisse pour les principaux indices de la cotation new-yorkaise.

La Chambre de commerce américaine a lancé un appel au calme. "Nous ne voulons pas d'une nouvelle détérioration des relations sino-américaines", explique t-elle dans un communiqué, qui souligne que "40 ans de relations commerciales entre nos deux pays ont été pour l'essentiel productives, constructives et mutuellement bénéfiques".

C'est à ce nouveau coup qu'a réagi Pékin vendredi avec des mesures reflétant les représailles américaines, mais sur seulement 75 milliards de dollars de produits importés des Etats-Unis. L'annonce précise également que la taxation d'automobiles et de pièces détachées en provenance des Etats-Unis sera également rétablie.

Ce climat d'hostilité pèse de plus en plus sur la croissance mondiale.

Dans ce contexte, le patron de la Fed a cependant prévenu que la politique monétaire n'avait "pas de mode d'emploi" tout prêt.

Share