Powell promet que la Fed agira pour préserver la croissance américaine

Share

Son indice vedette, le Dow Jones Industrial Average, s'est apprécié de 0,19% à 26.252,24 points.

"Le marché reste bloqué sur la dernière impression, sur la dernière phrase", en l'occurrence les derniers tweets de Donald Trump, observe Frédéric Rozier, gestionnaire de portefeuille chez Mirabaud France, interrogé par l'AFP. A commencer par la Chine qui vient, ce vendredi, d'annoncer une hausse des tarifs douaniers sur 75 milliards de dollars d'importations américaines. Dans la foulée et dans un signe d'escalade, le président Donald Trump a affirmé sur Twitter préparer une réponse et entre-temps " ordonner " aux entreprises américaines " de chercher des alternatives " à leur production en Chine.

Wall Street a clôturé en ordre dispersé jeudi après un indice décevant sur l'activité manufacturière américaine et à la veille d'un discours attendu du président de la Réserve fédérale américaine (Fed) Jerome Powell.

Celui-ci a offert aux investisseurs "ce qu'ils voulaient entendre, ni plus ni moins", faisant remonter un peu le marché parisien.

Les marchés tablent sur l'annonce d'une baisse des taux d'intérêt lors de la prochaine réunion monétaire du 18 septembre, après celle d'un quart de point de pourcentage décidée fin juillet, décrite par M. Powell comme " un ajustement de milieu de cycle ".

Il s'attache aussi à défendre l'indépendance de la Fed et à garder la cohésion de son Comité monétaire, divisé face aux remèdes à apporter devant les perspectives de ralentissement. On n'en doutait pas. Il a ajouté que la banque centrale américaine allait " agir de façon appropriée " pour soutenir la croissance économique.

"Le compte rendu de la réunion de la Fed pourrait montrer que les risques liés au commerce mondial justifient des baisses de taux supplémentaires mais les traders accorderont probablement une plus grande importance au discours vendredi du président de la Fed, Jerome Powell, dans le cadre du symposium de Jackson Hole", a déclaré Edward Moya, analyste chez OANDA.

Les projecteurs sont braqués sur Jerome Powell, le président de la banque centrale américaine, qui doit s'exprimer à 16H00 (14H00 GMT) à Jackson Hole, aux Etats-Unis, devant le gotha des banquiers centraux et des économistes.

Du côté des valeurs, Adocia plonge de 30% après le rejet, par le tribunal d'arbitrage en charge de la procédure engagée par Adocia à l'encontre de Eli Lilly, des demandes des deux parties dans la deuxième phase, finale.

Safran a pris la tête du classement (+0,62% à 129,20 euros).

Share