Daniil Medvedev remporte son premier Masters 1000 — Cincinnati

Share

Après deux défaites consécutives en finale à Washington (battu par Nick Kyrgios) et Montréal (battu par Rafael Nadal), Daniil Medvedev vient de remporter son premier titre en Masters 1000.

" J'étais fou! ", reconnaît-il dans un français impeccable. Résident monégasque qui s'entraîne à Cannes sous la direction de Gilles Cervara, le grand échalas de 1,98 m est désormais 5e mondial avec, en 2019, 44 victoires ATP, dont 31 sur dur, et 2 titres (Sofia et Cincinnati). Mais il lui manque un titre en Grand Chelem quand les trois "vieux" n'en finissent pas de les collectionner.

Depuis le début de l'année, Medvedev a battu Djokovic deux fois (Monte-Carlo et Cincinnati), Dominic Thiem (Montréal), Kei Nishikori (Barcelone), Stefanos Tsitsipas (Monte-Carlo) et Karen Khachanov (Montréal), tous membres de l'actuel top 10.

Il a toutefois surpris à Cincinnati, notamment Djokovic en demi-finales, et Goffin en finale, avec un service hargneux, y compris avec ses deuxièmes balles.

A l'US Open, il jouera sur sa surface favorite et pourra s'appuyer psychologiquement sur un sacré tableau de chasse. Mais il se soigne. Et le travail paye puisqu'il cède de moins en moins à la colère sur les courts. Mais je ne pouvais pas le contrôler. Et là, j'arrive mieux à me contrôler.

Outre Djokovic, pour arriver en finale, Medvedev a successivement battu le Britannique Kyle Edmund (6-2, 7-5), Benoît Paire (7-6, 6-1), l'Allemand Jan-Lennard Struff (6-2, 6-1) et son compatriote Andrey Rublev (6-2, 6-3).

A 23 ans, le Russe a ainsi décroché le titre le plus important de sa jeune carrière. Ce n'est même pas les résultats, mais juste que je sens mieux la tactique. Et il est logique que l'on se pose la question de savoir s'il peut aller très très loin à l'US Open.

À condition que son physique et son mental tiennent le coup.

Share