Placido Domingo se défend après des allégations de harcèlement sexuel — Opéra

Share

Patricia Wulf, une mezzo-soprano qui a côtoyé Placido Domingo à l'Opéra de Washington, est la seule femme à avoir témoigné sans être anonymisée "C'était du harcèlement sexuel", se souvient-elle en racontant son histoire datant de 1998.

"Il existe une tradition orale d'avertir les femmes contre Placido Domingo". Dans une longue enquête publiée par Associated Press, le célèbre ténor et directeur des opéras de Washington et de Los Angeles, Placido Domingo, est accusé de harcèlement sexuel.

Interrogé par AP, Placido Domingo a seulement répondu que "ces accusations de personnes anonymes remontant à trente ans sont profondément perturbantes et, telles que présentées, inexactes". Le ténor espagnol aurait menacé de briser leur carrière si elles refusaient ses avances. Selon leurs dires, Placido Domingo avait l'habitude de contacter les artistes, parfois avec insistance, en les appelant chez elles le soir. "Quand tout a été fini, il s'est levé et a glissé sa main sur ma jupe, et c'est à ce moment-là que j'ai dû sortir de là". "Chaque fois que je sortais de scène, il m'attendait dans les coulisses". Quand un homme se tient si près de vous avec un sourire en coin et vous demande à maintes reprises si vous devez rentrer à la maison, je ne peux pas trouver d'autres conclusions que le fait qu'il voulait me mettre dans son lit. Encore plus quand il a la réputation de faire ça. "Ça a affecté ma manière de me comporter avec les hommes, ma carrière dans l'opéra et le reste de ma vie.", raconte-t-elle. Et si, à 61 ans, les larmes aux yeux, elle a décidé de témoigner c'est parce que, dit-elle, "j'espère que cela pourra aider d'autres femmes à se faire connaître ou à être assez fortes pour dire non". Je croyais que toutes mes interactions et mes relations étaient toujours les bienvenues et consensuelles. "Mais il est douloureux d'entendre que j'ai pu contrarier ou mis mal à l'aise qui que ce soit - même si c'était il y a longtemps et malgré mes meilleures intentions. Les gens qui me connaissent ou qui ont travaillé avec moi savent que je ne suis pas quelqu'un qui intentionnellement heurterait, offenserait ou placerait quelqu'un dans l'embarras". Cependant, je reconnais que les règles et les normes selon lesquelles nous sommes - et devrions être - comparés à aujourd'hui sont très différentes de ce qu'elles étaient dans le passé.

Une trentaine de chanteuses, danseuses, et autres professionnelles du monde de l'opéra déclarent soutenir les accusatrices tout en confirmant avoir assisté à des comportements déplacés de la part du ténor. "J'ai le privilège d'avoir eu plus de cinquante ans de carrière à l'opéra et respecterai les normes les plus élevées".

Share