Le corps d'un soldat israélien poignardé découvert en Cisjordanie (armée)

Share

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a qualifié l'attaque de "terroriste".

Le premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a aussitôt attribué ce décès à un "sale terroriste" dans un communiqué en hébreu. Les forces de sécurité israéliennes ont commencé à quadriller un secteur sensible de la Cisjordanie occupée.

Peu après l'annonce de sa mort, l'armée, la police et des membres du Shin Bet, les services de renseignement intérieur, quadrillaient le secteur.

Des dizaines de soldats et policiers ont pénétré dans la ville palestinienne voisine de Beit Fajjar, allant de maison en maison pour identifier des suspects potentiels.

Jonathan Conricus, un porte-parole de l'armée israélienne, a déclaré que le soldat n'était pas en uniforme lors de l'incident et ne portait pas d'arme, ajoutant que les circonstances de son décès faisaient l'objet d'une enquête ouverte par les forces de sécurité.

Actuellement en campagne pour des législatives du 17 septembre qui s'annoncent âprement disputées, M. Netanyahu s'est rendu à Migdal Oz, promettant que "ceux qui ont perpétré ce meurtre odieux" seraient rapidement trouvés. "Ces terroristes tordus viennent détruire alors que nous sommes là pour construire", a déclaré Benjamin Netanyahu lors d'un déplacement dans la colonie juive de Beit El, pour assister à l'inauguration de 650 nouveaux logements.

Le jeune soldat, tout juste âgé de 18 ans, étudiait dans une yeshiva, un centre d'étude de la Torah.

Un soldat israélien a été poignardé à mort jeudi matin devant une colonie en Cisjordanie et le meurtrier a pris la fuite, ont fait savoir des responsables israéliens. Les groupes armés palestiniens n'ont pas revendiqué le meurtre mais l'ont salué comme une réponse "légitime" et "normale" à la colonisation. Il était "parti pour Jérusalem mercredi après-midi afin d'acheter un cadeau pour ses professeurs", a relaté un témoin, le rabbin Schlomo Wilk.

L'essor des colonies juives - qui comptent aujourd'hui plus de 600 000 Israéliens menant une coexistence souvent conflictuelle auprès de trois millions de Palestiniens en Cisjordanie occupée et à Jérusalem-Est, la partie palestinienne de la ville sainte occupée et annexée par Israël - est le sujet de vives tensions. Mais il n'était pas clair si le jeune colon avait été tué sur place ou ailleurs, des médias locaux évoquant la thèse d'un enlèvement ayant déraillé.

Encore cette semaine, les autorités israéliennes ont approuvé la construction de plus de 2.300 logements dans des colonies en Cisjordanie et la "légalisation", au regard du droit israélien, de trois colonies.

Share