"Une explosion sur une base de missiles russes provoque une " brève hausse

Share

Alors que le ton de l'armée russe se voulait rassurant ce jeudi 8 août après une explosion sur une base militaire, la mairie de Severodvinsk a, elle, indiqué deux heures plus tard que des capteurs de la ville avaient noté une "brève hausse" de la radioactivité.

Dans un communiqué transmis aux agences de presse russes, le ministère de la Défense a indiqué qu'un accident avait eu lieu lors de l'essai d'un "moteur-fusée à ergols liquides", ajoutant que deux "spécialistes sont morts des suites de leurs blessures" et que six ont été blessées dans cette explosion.

Les autorités n'ont jusqu'à présent publié que peu de détails sur l'accident qui a touché une base du village de Nionoksa, ouverte en 1954 et spécialisée dans les essais de missiles de la flotte russe, notamment des missiles balistiques.

La mairie n'a pas précisé jusqu'à quel niveau était montée la radioactivité. Selon elle, à 14H00 locales (11H00 GMT), les doses de radioactivité n'excédaient pas 0,11 microsievert par heure, la limite règlementaire d'exposition étant de 0,6 microsievert par heure. "En une heure on a vendu tous les stocks", a déclaré une pharmacienne de la ville, Elena Varinskaïa, précisant avoir "distribué des fiches contenant toutes les règles à suivre en cas de contamination radioactive".

Cette semaine, l'armée russe a déjà dû affronter l'incendie d'un dépôt de munitions dans la région de Krasnoïarsk en Sibérie, qui a causé des explosions impressionnantes envoyant des débris à des kilomètres à la ronde et faisant un mort et au moins huit blessés. Selon Rosatom, les blessés sont soignés dans "un centre médical spécialisé".

L'armée n'a pas décrit l'accident comme impliquant du combustible nucléaire.

"Si elles sont endommagées, les personnes alentour pourraient être blessées". Il avait aussi exclu une évacuation de Severodvinsk, une ville de 190.000 habitants. Les niveaux de radioactivité impliqués n'ont "absolument rien de comparable avec ceux d'accidents sérieux dans des réacteurs", a-t-il assuré.

L'Union soviétique a été le théâtre du pire accident nucléaire civil à la centrale Tchernobyl (Ukraine) où une explosion avait fait 30 morts le 26 avril 1986 et des centaines d'autres de maladies liées à l'accident.

Share