Uber enregistre une perte record

Share

C'est une très mauvaise nouvelle pour Uber. La société a perdu près de 4,7 milliards d'euros au deuxième trimestre de l'année en cours. Depuis la publication de ces chiffres, le titre boursier a chuté, perdant jusqu'à 12 % dans les échanges électroniques suivant la clôture. Jusqu'à 5 milliards ce trimestre, d'avril à juin, en grande partie dues aux rémunérations en action distribuées aux employés à l'occasion de l'arrivée d'Uber en bourse. Mais pas de cette ampleur. Sans de tels frais, Uber aurait donc tout de même perdu un peu plus de 1,3 milliards de dollars. Mais le géant du VTC a aussi déçu en dévoilant un chiffre d'affaires en croissance de seulement 14% à 3,17 milliards de dollars. "Même si nous allons continuer à investir massivement dans la croissance, nous voulons aussi que ce soit une croissance de qualité, et ce trimestre nous avons fait des progrès en ce sens", a déclaré dans un communiqué Nelson Chai, directeur financier d'Uber. Et le montant brut des réservations (l'argent perçu par Uber pour les courses et les livraisons avant rémunération des chauffeurs, coursiers et autres dépenses) s'établit à 15,76 milliards de dollars (en augmentation de 31%).

Son nombre d'utilisateur actifs mensuels continue de croître: il s'établit à 99 millions à travers le monde, soit une augmentation de 30% par rapport au 2e trimestre 2018.

C'est une perte record pour Uber, le leader mondial des applications de services de transport.

Mais l'entreprise continue à dépenser beaucoup d'argent, en promotions par exemple pour attirer de nouveaux clients ou conserver ses parts de marché.

Sur un an, les dépenses de l'entreprise ont doublé: elles sont aujourd'hui chiffrées à plus de 8 milliards et demi de dollars. Ce qui ne contribue pas à un abaissement automatique des coûts de production.

UberEats est une des activités de diversification sur lesquelles mise le groupe mais qui fait face à la concurrence croissante de start-up comme DoorDash.

Toutefois, a souligné jeudi le patron de la société, Dara Khosrowshahi, dans une conférence téléphonique avec les analystes, "l'environnement concurrentiel sur la plateforme de réservation de voitures continue à se stabiliser, à s'améliorer". Les dirigeants de son concurrent numéro un aux Etats-Unis, Lyft, avaient fait des commentaires similaires la veille, suggérant que la guerre des prix entre les deux groupes s'apaise.

Share