Maroc: Des jeunes bénévoles belges travaillant en short menacés de mort

Share

Une polémique a éclaté après que de jeunes bénévoles belges ont travaillé en short sur un chantier dans le sud du Maroc.

C'est un reportage vidéo montrant le groupe de bénévoles, composé majoritairement de jeunes filles, terrasser en short un chemin sous une chaleur écrasante qui a mis le feu au poudre, engendrant ce que l'agence de presse française qualifie sobrement de "réactions virulentes".

Selon la sûreté marocaine (DGSN), l'instituteur a été arrêté lundi suite à ses propos haineux.

Quelques heures après la diffusion d'un reportage dans lequel on pouvait voir ces adolescentes travaillant à la construction d' une route, le suspect a posté un message sur son compte Facebook appelant à leur décapitation au motif qu'elles travaillaient en short en plein air.

L'homme, âgé de 26 ans, a été arrêté pour " son implication présumée dans une affaire d'apologie et d'incitation à des actes terroristes ", précise la police nationale dans son communiqué.

Cet appel au meurtre était en effet particulièrement pris au sérieux par les autorités, tandis que deux jeunes femmes (l'une norvégienne, âgée de 28 ans et l'autre danoise de 24 ans), ont été tuées par décapitation en décembre 2018 par des islamistes.

Ali El Asri, élu du Parti de la justice et du développement, a fustigé à son tour, dans un message publié également sur son compte Facebook, les tenues des jeunes filles belges.

La plupart des commentaires sur la vidéo saluent toutefois le "dévouement" des ces bénévoles qui "sont venus faire le boulot à la place des responsables locaux".

Le Maroc, qui tente d'apparaître comme un pays stable, accueillant et tolérant envers les touristes, arrive régulièrement en haut de tableau dans les classements consacrés aux pays dangereux pour les femmes faisant du tourisme seules.

Share