La Chine suspend l'achat de produits agricoles américains — Guerre commerciale

Share

Vers 16h45 GMT, elle valait 7,05 yuans pour un dollar, après avoir franchi plus tôt dans la journée pour la première fois depuis neuf ans le seuil symbolique des 7 yuans. La monnaie de Pékin n'est pas entièrement convertible et la Banque centrale chinoise fixe chaque jour un taux pivot, qui s'inscrivait lundi à 6,9225 pour un dollar, en repli de 0,33% par rapport à vendredi. Le président des Etats-Unis a depuis prévenu qu'il pourrait augmenter ces surtaxes si Pékin n'acceptait pas les exigences américaines, évoquant la possibilité d'aller "bien au-delà de 25%". Yi Gang avait aussi affirmé que la Banque centrale chinoise s'était engagée à "maintenir un taux de change du yuan à un niveau raisonnable et stable". "La partie américaine n'a pas tenu compte des faits et a qualifié de manière déraisonnable la Chine de manipulateur de monnaie", a réagi l'institution dans un communiqué.

La banque centrale chinoise a laissé dévisser sa monnaie, lundi, provoquant aussitôt la colère de Donald Trump et une vive inquiétude des marchés financiers. "Nous avions anticipé le fait que la banque centrale finirait par dévaluer le yuan en réaction aux tensions commerciales, mais nous ne nous attendions pas à ce que cela survienne aussi rapidement", a ajouté M. Evans-Pritchard, envisageant à présent un taux de 7,30 yuans pour un dollar d'ici la fin de l'année.

Certains analystes estiment cependant que Pékin pourrait laisser davantage filer sa monnaie. Cité par l'AFP, Bo Zhuang, économiste au cabinet d'études TS Lombard basé à Londres, estime que la baisse brutale du yuan est "le résultat évident d'une intervention active", et qu'elle a pour but de favoriser les exportations chinoises et d'atténuer l'impact de la hausse des droits de douane américains sur les produits chinois.

Le président américain Donald Trump a relancé par un tweet jeudi la guerre commerciale contre Pékin en annonçant son intention d'imposer des droits de douane supplémentaires à la quasi-totalité des importations chinoises, à compter du 1er septembre. Il s'agit de son niveau le plus bas depuis mai 2008.

Dans ce contexte, la stabilité est la priorité des autorités chinoises à l'approche d'une date hautement symbolique le 1 octobre prochain: le 70 anniversaire de la fondation de la Chine communiste.

"La Chine a fait chuter le prix de sa monnaie à un niveau presque historique", a ainsi écrit l'actuel pensionnaire de la Maison Blanche.

Une baisse du taux de change entraîne un renchérissement des importations, ce qui obligera notamment Pékin à payer plus cher son pétrole importé.

"Mais si le conflit commercial entre Washington et Pékin s'étendait à une guerre des monnaies, cela pourrait être très dangereux pour la monnaie unique et les Etats de l'Union européenne (UE) qui l'ont choisie".

Share