Apple suspend l'écoute d'enregistrements issus de son assistant vocal

Share

Google a lui été forcé par une autorité allemande de la protection des données à bannir cette pratique pendant au moins trois mois. Ces deux décisions interviennent dans un contexte où émergent des inquiétudes en matière de protection de la vie privée. Un examen dit approfondi d'une telle pratique est mené.

"Nous suspendons au niveau mondial le programme pour Siri, le temps de le réexaminer en profondeur", a expliqué le groupe dans un communiqué. "Nous suspendons le programme grading de Siri mondialement", a indiqué une porte-parole d'Apple dans une déclaration officielle. "Par ailleurs, dans la future mise à jour logicielle, les utilisateurs auront la possibilité de participer, ou non, à l'amélioration du service".

Le mois passé s'est déroulé dans la controverse pour les assistants vocaux. L'assistant vocal emblématique d'Apple permet aux utilisateurs de travailler leur iPhone sans utiliser leurs mains, et peut envoyer des messages, passer des appels et ouvrir de multiples applications avec des commandes vocales seules.

Une petite victoire pour la protection des données personnelles. Cette dernière s'appuie dans sa décision sur le règlement européen sur les données personnelles. Du côté de Google, c'est un moratoire de trois mois qui a été décidé uniquement dans l'Union Européenne. Fin juillet, The Guardian dévoilait des pratiques similaires chez Apple avec "d'innombrables cas d'enregistrements de discussions privées entre médecins et patients, de transactions commerciales, de transactions apparemment criminelles, de rencontres sexuelles, etc".

Le HmbDbDI avait ouvert une procédure administrative visant à interdire à Google de mener cette activité à la suite de la confirmation par ce dernier que ses employés et sous-traitants utilisaient des enregistrements sonores captés par Google Assistant pour améliorer la compréhension des langues et des accents par le logiciel. C'est un marché en pleine croissance sur lequel bataillent les géants de la tech. Selon le cabinet eMarketer, il y aura 100 millions d'utilisateurs d'assistants vocaux sur smartphones dès 2020.

Vous avez apprécié cet article?

Share