Julian Alaphilippe : "Je suis fier de ce que j’ai fait"

Share

Il avait dû céder sa chère tunique jaune, portée durant quatorze jours, au Colombien Egan Bernal, vendredi 26, après une étape historique, interrompue à moins de trente kilomètres de l'arrivée à Tignes. Le Néerlandais Steven Kruijswijk, qui accompagnait le lauréat 2018, bénéficie aussi d'un bonus de 5 secondes et pointe à 1:23 tout comme l'Allemand Emmanuel Buchmann qui complète le Top 5 à 1:50. Et il n'y a pas eu de surprise, samedi, le jeune Colombien confirmant sa prise de pouvoir au sommet du col de l'Iseran en prenant la 4ème place de l'étape, samedi, la première des favoris.

Au micro de France Télévisions à l'issue de cette 20e étape, Julian Alaphilippe a reconnu que ses performances sur ce Tour de France avaient dépassé toutes ses attentes: "J'ai tout donné, je pense que c'était difficile de faire mieux". Geraint Thomas reste 3e à 1:11, soit un gain de 5 secondes. Pour un bail longue durée? Encore deuxième du classement ce samedi au départ d'Albertville, le leader de la Deceuninck-Quick Step a vécu un Tour en lévitation. Lequel soulèvera, sauf imprévu quasiment inenvisageable le dernier jour, le bouquet de vainqueur, à 22 ans, dimanche vers 21 h 30 sur les Champs-Élysées.

Après l'abandon sur blessure de Thibaut Pinot vendredi, un autre Français tire son épingle du jeu, de manière plus inattendue.

Seule satisfaction côté bleu, Romain Bardet est parvenu à sauver son maillot de meilleur grimpeur de ce Tour 2019. "Je n'ai pas encore compris ce qu'il m'arrive", a réagi le coureur de l'équipe Ineos, toujours aussi incrédule au moment de remporter son premier grand Tour.

Share