Fin d’activité — Ford Blanquefort

Share

"Les gens sont arrivés ce matin et on leur a dit de rentrer chez eux et que ce n'était plus la peine de se présenter", déclare Eric Troyas, ancien secrétaire FO.

Ce matin " les gens étaient en pleurs. "La CGT, syndicat majoritaire dans l'usine, a dénoncé un "(dernier?) coup fourré" de la direction. Mais Philippe Poutou maintient " l'espoir de créer l'exploit même au dernier moment", puisque l'arrêt de la production était attendu pour le 31 juillet et la fermeture de l'usine le 30 septembre. En février 2018, la société américaine a annoncé sa volonté de se désengager de Blanquefort.

Fabrice Devanlay, le porte-parole de Ford France, a confirmé l'affaire en précisant que la production du site était effectivement et définitivement terminée. Malgré l'implication du gouvernement, le constructeur automobile avait refusé en début d'année l'offre du strasbourgeois Punch-Powerglide, préférant appliquer son plan social. Depuis l'homologation en mars du Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) pour le site, la moitié des 850 employés de Ford-Blanquefort avaient trouvé début juillet une solution, entre préretraites, reclassements, formations, transferts, selon un décompte syndical.

Share