" "Cannes appelle à la libération " immédiate " du cinéaste iranien Mohammad Rasoulof

Share

Il était inspiré d'une expérience personnelle de son réalisateur Mohammad Rasoulof, qui avait subi un contrôle de police.

Le cinéaste iranien Mohammad Rasoulof a été condamné mardi à un an de prison ferme et à deux ans d'interdiction de sortie du territoire. L'œuvre avait reçu le prix Un certain regard. La charge retenue contre lui est "propagande contre la République islamique d'Iran", une accusation souvent utilisée contre les opposants au régime de Téhéran, rapporte le site iranien Kalemeh. "Il a depuis été soumis à de nombreux interrogatoires ", rappelle-elle dans un communiqué de presse.

Rasoulof est un artiste. "Aujourd'hui, sa libération est demandée". Nous demandons instamment à ce que sa liberté lui soit rendue sans plus tarder afin qu'il puisse continuer à créer.

En 2011 déjà, son film " Au revoir " avait remporté le prix Un certain regard, prix qu'il n'avait pas pu récupérer en main propre, puisqu'il n'avait alors pas le droit de quitter le territoire iranien. "Cela fait longtemps que Rasoulof s'attendait à être arrêté, mais la condamnation survient deux ans après la présentation du film à Cannes, au milieu des vacances, ce n'est pas un hasard, souligne-t-elle".

Share