1400 personnes protestent contre le racisme après le décès de Mamoudou Barry

Share

Mamoudou Barry n'a pas survécu à ses blessures vendredi 19 juillet. Une marche qui a connu la participation de la femme et du frère du défunt, la présence de Nicolas Mayer-Rossignol (PS) l'ancien président de la région Haute-Normandie, et du député européen EELV David Cormand. " Un homme s'est enroulé dans le drapeau guinéen, rouge, jaune et vert " et on pouvait entendre la foule scander " halte au racisme", "Justice pour le docteur Mamoudou Barry", a rapporté France Info.

Sa famille et ses proches ont organisé une marche blanche en sa mémoire, vendredi 26 juillet, dès 15 h, depuis le parvis de la faculté de droit rouennaise.

Le rassemblement a débuté par des prises de parole. Nous avons perdu un homme de très grande valeur. Le cortège partira à 15h de l'université de Rouen, où le franco-guinéen venait de soutenir sa thèse.

"Nous ne tolérerons aucune récupération", a lancé l'avocat de la famille de la victime, Jonas Haddad.

"L'horreur incompréhensible du crime survenu à Canteleu ne peut que soulever l'incompréhension. Lorsque son agresseur prononce les mots qu'il a prononcés avant de lui asséner les coups mortels, il est à l'origine d'un crime raciste", a-t-il ajouté. Des personnalités politiques sont également attendues sur place. Elle s'est terminée devant le Palais de Justice de Rouen, après un passage par la préfecture.

Lundi, quelques heures seulement après son interpellation, il a été relaxé pour raison médicale avant d'être hospitalisé.

SOS Racisme, qui s'est portée partie civile dans ce dossier, a appelé de son côté à organiser des rassemblements et des marches dans les villes de France "pour dire non au racisme anti-noir et non à toutes les formes de haine raciste".

Share