Travail dissimulé: manque à gagner de 6,8 à 8,4 milliards d'euros (Acoss)

Share

À lui seul, il serait responsable d'un manque à gagner de 5,2 à 6,5 milliards d'euros, "soit 1,7 % à 2,1 % des cotisations, contre 4,4 à 5,7 milliards dans la précédente estimation", précise le site spécialisé.

La Mutualité sociale agricole a également chiffré le montant de la fraude, qu'il convient d'ajouter à celui du régime général.

Le coût annuel du travail au noir est évalué à plus 20 milliards d'euros par la Cour des comptes, mais entre 6,8 et 8,4 milliards par l'Agence centrale des organismes de sécurité sociale (Acoss). Cette fraude s'élève à 518 millions d'euros, dont 345 millions rien pour le travail au noir: cela représente 4,3% des cotisations pour les salariés agricoles.

Cette note est une estimation faite à partir de contrôles aléatoires menés par les Urssaf entre 2011 et 2018, d'abord dans une large partie de l'économie en 2011-2012, puis sur des secteurs spécifiques à partir de 2013. Le " travail au noir" est particulièrement présent dans les secteurs du transport routier, le BTP, et les restaurants. En 2018, la lutte contre le travail dissimulé a rapporté 641 millions d'euros, toujours selon Les Echos.

Dans la convention d'objectifs et de gestion, signée entre l'État et l'ACOSS pour la période 2018-2022, un objectif, ambitieux, de 3,5 milliards d'euros de redressement a été fixé.

Pour atteindre cet objectif, le réseau des Urssaf utilise notamment de nouvelles méthodes de ciblage avec le " data mining", le traitement massif de données par des algorithmes.

Share