Trump célèbre le 50e anniversaire de l'alunissage d'Apollo 11

Share

Le module lunaire, Eagle, avec Armstrong et Aldrin à bord, a aluni le 20 juillet 1969 et Armstrong en est sorti quelques heures plus tard, posant le pied sur la Lune, tard aux États-Unis, et en pleine nuit pour l'Europe. Les deux astronautes prirent plus de 800 photographies, avant de rentrer dans le LEM.

Cinquante ans après le premier pas d'Armstrong sur la Lune, que subsiste-t-il dans nos mémoires de cette formidable aventure, de ce rêve devenu réalité?

Depuis, douze hommes ont voyagé jusqu'à la Lune lors des différentes missions du programme Apollo.

"Nous n'avons pas développé les fusées et vaisseaux de haute performance dont nous avons besoin", a lâché "Buzz", 89 ans, vendredi sur Fox News. "D'accord?" a ordonné Donald Trump à Jim Bridenstine. C'est l'astronaute Buzz Aldrin qui aura l'honneur de planter le drapeau des Etats-Unis, symbole de la conquête spatiale américaine.

"Mon administration s'est engagée à rétablir la domination et le leadership de notre pays dans l'espace pour les siècles à venir", a déclaré samedi le président dans un message.

Depuis Apollo, nombre de ses prédécesseurs ont annoncé une relance du programme spatial du pays.

Il y a trente ans exactement, au 20e anniversaire, George H.W. Bush promettait la création d'une base sur la Lune et l'envoi d'un vol habité vers Mars.

Le but? "Rétablir la prééminence des Etats-Unis en tant que nation spatiale", déclarait-il.

Et en janvier 2004, son fils, le président George W. Bush, fixait l'objectif de " retourner sur la Lune d'ici 2020 ".

L'avenir du programme Artémis dépendra donc de la volonté du Congrès d'augmenter conséquemment le budget de la Nasa au-delà de ses 21 milliards de dollars annuels actuels, ce pour quoi il a montré peu d'appétit jusqu'à présent... Le président Trump leur a demandé de se signaler en levant la main.

Share