L'ONU s'inquiète de la stagnation de la couverture vaccinale dans le monde

Share

Les dernières données du rapport annuel sur la vaccination de l'Unicef et de l'OMS montrent que plus d'un enfant sur dix ne reçoit pas les vaccins vitaux qui permettraient de le protéger contre de nombreuses maladies. Selon l'organisation internationale, cette "stagnation dangereuse des taux de vaccination " est attribuable "aux conflits, aux inégalités et à la complaisance ".

Depuis 2010, la couverture vaccinale par les trois doses du vaccin contre la diphtérie, le tétanos et la coqueluche (DTC3) et une dose du vaccin antirougeoleux se maintient à environ 8%.

Les efforts visant à accroître la couverture vaccinale contre les maladies mortelles stagnent.

Selon le rapport, il était trop bas, car une couverture de 95% est généralement nécessaire pour fournir une "immunité collective" à ceux qui ne sont pas vaccinés.

" La plupart des enfants non vaccinés vivent dans les pays les plus pauvres", indiquent l'OMS et l'UNICEF dans un rapport commun. Près de la moitié est concentrée dans seulement 16 pays: l'Afghanistan, la République centrafricaine, le Tchad, la République démocratique du Congo (RDC), l'Éthiopie, Haïti, l'Iraq, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Pakistan, la Somalie, le Soudan du Sud, le Soudan, la Syrie et le Yémen.

"Ce sont souvent les personnes les plus à risque - les plus pauvres, les plus marginalisées, celles qui sont touchées par le conflit ou qui sont forcées de quitter leur domicile - qui manquent à tout jamais", a-t-il déclaré.

En 2018, par exemple, le nombre de cas de rougeole dans le monde a plus que doublé, passant à près de 350 000. Ces différences ont mené à d'importantes épidémies de rougeole. "La rougeole étant très contagieuse, la survenue d'une épidémie attire l'attention sur les communautés qui ne sont pas à jour en matière de vaccins, que ce soit à cause de problèmes d'accès, de coûts ou, dans certains endroits, de laxisme. Nous devons tout faire pour vacciner tous les enfants", ajoute-t-elle.

L'Ukraine est en première position sur la liste variée des pays où le taux d'incidence signalé de la rougeole est le plus élevé en 2018. Un bon début, mais encore insuffisant pour l'ONU, qui souligne que "les femmes les plus exposées aux conséquences dévastatrices du cancer du col de l'utérus restent encore les moins susceptibles d'avoir accès au vaccin".

Notons enfin que, pour la première fois, des données sont aussi disponibles pour ce qui est de la couverture vaccinale contre le papillomavirus humain (HPV), qui protège en partie les jeunes filles du cancer du col de l'utérus.

Beaucoup d'insuffisances ont été notées à ce niveau également notamment dans les 90 pays dans le monde ayant introduit le vaccin anti-PVH dans leurs programmes nationaux de vaccination.

L'OMS et l'UNICEF s'inquiètent tout particulièrement de l'ampleur prise par l'épidémie de rougeole dans le monde.

Share