Le lanceur européen Vega n’est plus invincible

Share

Le lanceur devait mettre en orbite un satellite pour le compte des Emirats arabes unis.

"Une " anomalie majeure " a été constatée environ deux minutes après le décollage, peu après l'allumage du deuxième étage, " aboutissant à la perte de la mission", a expliqué la directrice des opérations, Luce Fabreguettes.

Le décollage, en 2017, d'une fusée Vega depuis Kourou, en Guyane.

Après 14 missions sans problèmes, le plus petit lanceur d'Arianespace vient de connaitre son tout premier raté lors de la mission VV15. "Nos équipes vont immédiatement se remettre au travail pour analyser, comprendre et corriger les causes de cette défaillance afin que nous puissions repartir en vol dans les meilleurs délais", a-t-il ajouté dans un communiqué.

La retransmission vidéo du lancement a montré qu'après deux minutes, la trajectoire du lanceur avait dévié de la normale, puis s'est nettement dégradée. "Cet échec de Vega nous rappelle une fois encore que nous faisons un métier difficile, où la frontière entre le succès et l'échec est extrêmement ténue", a réagi Jean-Yves Le Gall, président du Centre national d'études spatiales (Cnes) dans un communiqué.

Vega devait mettre sur orbite le satellite Falcon Eye 1.

Le lancement avait déjà été reporté à deux reprises en raison de vents d'altitude au-dessus du Centre spatial guyanais (CSG). Sa mission était double: " répondre aux besoins des forces armées des Emirats arabes unis et fournir des images au marché commercial", selon Arianespace. Une commission d'enquête indépendante sera mise en place dans les prochaines heures précise le centre spatial guyanais sur les réseaux sociaux. "J'ai d'abord une réaction de soulagement et de retrait car il faut maintenant laisser la famille se recueillir" et vivre les obsèques "dignement", a déclaré à l'AFP Me Chemla, peu après le décès jeudi matin à l'âge de 42 ans de ce patient en état végétatif depuis près de 11 ans.

Share