Les sans-papiers évacués du Panthéon continuent à manifester | AFP

Share

Aux alentours de 17 h 30, des heurts ont eu lieu avec la police alors que certaines personnes tentaient de quitter les lieux, selon un journaliste du magazine Basta! sur place.

Plusieurs centaines de sans-papiers du collectif des "gilets noirs" ont investi vendredi le Panthéon à Paris pour réclamer leur régularisation et un rendez-vous avec le Premier ministre, Édouard Philippe.

"On vient sur la tombe de vos grands hommes pour dénoncer vos profanations". On restera ici jusqu'à ce que le dernier d'entre nous aie des papiers et pour que celles et ceux qui viendront après aient la liberté de rester.

Dans un communiqué diffusé en début d'après-midi, les occupants se présentaient comme "des sans-papiers, des sans-voix, des sans-visages pour la République française" demandant "papiers et logements pour toutes et tous".

Action surprise des Gilets Noirs qui occupent actuellement le Panthéon et réclament la régularisation des sans-papiers et un RDV avec le Premier Ministre Édouard Philippe. "Mon grand-père est mort pour la France, comme beaucoup ici, mais la France ne fait rien pour nous", avait aussi lancé un "gilet noir" au microphone, coupé par des "gilets noirs, gilets noirs" scandés devant des salariés interloqués par la scène. "Il est temps qu'il y en ait une", a expliqué Laurent, membre du collectif "Droits Devant!" venu les soutenir à l'extérieur du bâtiment. Il y a à l'intérieur des symboles de la lutte contre l'esclavage. Un collectif qui s'était déjà illustré avec l'occupation, en juin, du siège du groupe Elior, dans le quartier d'affaires de La Défense.

Ils sont environ 300 à occuper le Panthéon à Paris depuis 13 heures. En mai, ils avaient également investi le terminal 2F de l'aéroport de Roissy contre "la collaboration d'Air France" dans les expulsions.

Share