Haas perd son sponsor

Share

Nous croyons de tout cœur en Haas F1 Team, en ses performances et en son organisation en général, et nous avons la ferme intention de respecter l'accord de sponsoring actuel. Cela va sans dire, mais son opinion ne reflète pas celle de l'entreprise.

En réalité, c'est le PDG de Rich Energy lui-même, William Storey, qui a fait envoyer ce message sur les réseaux sociaux sans prévenir qui que ce soit, ni au sein de l'équipe américaine, ni même les propriétaires de l'entreprise qu'il dirige. Il veut commanditer des courses de motos. Ces derniers ont contre-attaqué ce jeudi: "Les actionnaires majoritaires de Rich Energy souhaitent clarifier certaines déclarations qui ont circulé dans les médias en provenance d'une source non autorisée". Il n'a pour autant pas précisé les éventuelles conséquences financières pour le reste de la saison. Cet incident est très regrettable, nous ne ferons pas de commentaire supplémentaire sur cette question sensible commercialement et elle se conclura à huis clos.

La marque britannique de boissons énergisantes a annoncé sur Twitter mercredi avoir rompu son contrat avec l'équipe "en raison des mauvais résultats" de Haas depuis le début de la saison.

"Nous voulons battre Red Bull Racing et terminer derrière Williams en Autriche (lors du dernier GP en date fin juin) est inacceptable, poursuit notamment le tweet". La politique et le politiquement correct en F1 inhibent aussi notre business. "Je contrôle tous les actifs de Rich Energy et j'ai le soutien de tous les responsables clés".

Tout au long de la journée de jeudi, des investisseurs et actionnaires de Rich Energy ont tenté d'inverser la tendance, jusqu'à communiquer sur le fait que William Storey était seul responsable de la situation et avait annoncé la rupture de contrat sans en avoir le pouvoir.

La saga débutée en milieu de semaine autour de Rich Energy, sponsor titre de Haas F1, n'est visiblement pas en passe de s'arrêter. "Je ne peux pas donner plus de détails sur la relation contractuelle entre nos deux parties pour cause de confidentialité commerciale", a-t-il indiqué via un communiqué.

Après neuf manches sur 21, l'écurie est 9e du Championnat du monde avec 16 points, à six longueurs de la 6e place occupée par Alfa Romeo Racing.

Arrivée en F1 en 2016, Haas avait surpris l'an dernier en se classant 5e constructeur.

Share