François de Rugy convie "discrètement" des lobbyistes du monde de l’énergie

Share

François de Rugy l'a renvoyée manu militari après avoir appris qu'elle avait conservé un HLM de la ville de Paris entre 2006 et 2018 alors qu'elle n'habitait plus la capitale.

Pour la polémique sur le homard géant servi lors d'un dîner, François de Rugy a expliqué qu'il n'en mangeait pas: "moi je n'aime pas ça, je n'en mange pas, j'ai une intolérance aux crustacés et aux fruits de mer".

Eric Coquerel sous-entend ce matin que les informations sur le ministre viendraient de son propre camp: " Manifestement Mediapart est bien informé. Après son limogeage, effectif ce jeudi, l'ex-directrice de cabinet du ministre de la Transition Écologique s'explique dans une interview accordée à Ouest-France. Au bord des larmes ce matin sur BFM TV, François de Rugy affirme n'avoir " absolument pas de raison de démissionner ". "Il a voulu sauver sa tête en offrant la mienne", déclare l'ancienne préfète des Pays de la Loire à Ouest-France, affirmant par ailleurs avoir "péché par négligence, pas par intérêt financier". Travaux qu'il justifie sur Twitter par la nécessité de rénover "régulièrement" ce bâtiment. Dès les révélations de Mediapart, il a publié des échanges de courriers avec l'agence immobilière et le propriétaire et son bail locatif où il n'est pas fait mention de loyer social préférentiel.

Il s'agit, selon le ministre, d'un "deux-pièces de 48 m2, loué au prix de 622 euros par mois (appartement et parking), un montant conforme aux prix du marché", où il accueille ses enfants lorsqu'il en a la garde le weekend. Il est accusé par Mediapart d'avoir bénéficié, à l'instar de sa directrice de cabinet, d'un logement social (HLM) depuis 2016, alors qu'il n'y vit pas, et par Le Parisien, d'avoir effectué de nouvelles dépenses avec de l'argent public (un sèche cheveux doré à la feuille d'or à 499 euros, un appareil à raclette d'une valeur de 200 euros et un vélo elliptique d'une valeur de 769 euros).

Ce qu'on lui reproche: rentrant dans la danse des révélations, vendredi12 juillet, Ouest-France indique que François de Rugy a organisé, en mars 2019, un dîner avec des lobbyistes du monde de l'énergie, en demandant que ce rendez-vous "informel" n'apparaisse pas "dans l'agenda public". "D'autant que François de Rugy décide de ne pas convier certains membres de son cabinet", indique le journal sur son site internet. Le ministre a répondu qu'il faisait des dons mensuels de 1200 € à son ancien parti Europe écologie les Verts comme tous les députés du groupe.

Conformément à la loi à l'époque, celui qui était alors député n'était pas imposable sur la totalité de son revenu.

Share