Au moins 26 morts dans l’attaque d’un hôtel en Somalie

Share

Alors que l'attaque à la voiture piégée avait commencé vendredi en fin d'après-midi dans cette ville portuaire de Kismayo dans le sud de la Somalie, des coups de feu ont encore été entendus tard le soir vers 23 heures (HL), selon Ahmed Madobe, le président de la région semi-autonome du Jubaland. "L'explosion a été énorme, puis des hommes armés sont entrés et ont échangé des coups de feu avec les forces de sécurité". Les shebabs, qui ont revendiqué l'assaut, ont reproduit un schéma qu'ils ont l'habitude d'utiliser dans la capitale Mogadiscio. Le siège de l'établissement a pris fin samedi en début de matinée. "Le bilan pourrait augmenter car l'attaque n'est pas encore finie", a déclaré à l'AFP un responsable sécuritaire, Abdi Dhuhul.

L'hôtel a ensuite été attaqué par quatre militants islamistes shebab, dont trois ont été tués par les forces de sécurité, a-t-il ajouté, précisant que deux Kenyans, trois Tanzaniens, deux Américains, un Canadien et un Britannique ont été tués. "Le bâtiment entier est en ruines, il y a des corps morts et des blessés qui ont été récupérés à l'intérieur, et les forces de sécurité ont bouclé toute la zone", a expliqué un témoin, Muna Abdirahman.

Cette attaque meurtrière a été revendiquée par les shebab.

Selon plusieurs sources locales, l'hôtel abritait surtout des hommes d'affaires et des hommes politiques qui étaient en ville pour la préparation de l'élection du président du Jubaland, prévue fin août. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides contre les représentants du gouvernement.

Le Syndicat somalien des journalistes (SJS) a annoncé la mort de deux journalistes, Mohamed Omar Sahal, correspondant de la chaîne SBC, et Hodan Naleyeh, journaliste et fondatrice de la chaîne Integration TV.

"Les forces de sécurité ont maintenant le contrôle (de l'hôtel), le dernier terroriste a été tué par les forces de sécurité".

Share