Vous buvez une canette de soda par jour ? Attention à votre foie !

Share

Le texte doit être présenté jeudi au cours d'une conférence internationale sur le foie à Paris. Une canette, c'est déjà trop!

"Les facteurs de risque principaux pour le foie sont le diabète et l'obésité, rappelle le Pr Lawrence Serfaty, hépatologue et gastro-entérologue, professeur au CHU de Strasbourg, à l'origine du congrès, avec l'Association française des hépatologues".

Ces résultats, espèrent les scientifiques, permettront une meilleure mise en garde des consommateurs. C'est désormais chose faite, révèle Le Parisien, et la réponse ne devrait pas faire plaisir à tous ceux qui en boivent régulièrement. Avec le temps, le foie peut devenir fibreux, mal fonctionner, une cirrhose ou un cancer peuvent même s'y développer. "Depuis de nombreuses années, les médecins s'inquiètent de la montée en puissance d'une nouvelle pathologie, la NASH, surnommée la " maladie du soda " ou " maladie du foie gras humain ".

Et ce fléau jusqu'alors sous-estimé, affole aujourd'hui le monde et l'Hexagone qui voient le foie des Français se détériorer depuis vingt ans. "L'organisme n'a pas besoin d'autant de sucre, s'échauffe Dominique Lannes, hépato-gastroentérologue à Paris et auteur de Nash: la maladie de la malbouffe".

Selon les auteurs de l'étude, le sucre contenu dans les sodas est liquide, il est donc plus facilement assimilé par l'intestin. "Des parents prennent de plus en plus l'habitude de mettre du coca ou des jus dans le biberon des bébés!"

On le sait, boire du soda n'est pas vraiment recommandé. Ces jus, pourtant naturels, contiennent des vitamines et des fibres mais aussi de grandes quantités de sucre, ont averti les chercheurs. Or, ils sont habitués très tôt au sucre, alors qu'ils ont déjà une appétence innée pour celui-ci.

Si les sodas light entretiennent une addiction au goût sucré, ils sont moins nocifs, et "n'augmentent pas le risque d'avoir une maladie du foie", affirme, au Parisien, le professeur Mathurin, chef du service des maladies de l'appareil digestif du CHU de Lille.

Share