Le gouvernement décide d’un déremboursement total d’ici 2021 — Homéopathie

Share

Une décision en deux temps qui ne satisfait ni laboratoires, ni les "anti-homéopathie". Après plusieurs mois de débat, le gouvernement a pris sa décision: comme l'indiquait France 2, il opte pour un déremboursement total de l'homéopathie d'ici deux ans. Très vite, Agnès Buzyn, ministre de la Santé, avait indiqué que la décision finale interviendrait " dans les prochains jours ".

Cette "période de transition" permettra de "se laisser le temps de la pédagogie" auprès des patients et "laissera aussi le temps aux industriels de s'organiser", a expliqué la ministre de la Santé. La commission de la transparence est l'organisme de la HAS chargé d'évaluer les médicaments pour déterminer si leur remboursement est justifié. Il assurait alors qu'il "fera tout pour combattre" une décision "incompréhensible et incohérente".

La pilule risque d'être dure à avaler pour les tenants d'un remboursement au moins partiel de l'homéopathie. Fin juin, la HAS estimait en effet que les produits homéopathiques avaient démontré une "efficacité insuffisante pour être sujet au remboursement". Puis il était passé de 35% à 30% en 2011.

De nombreux députés et élus de régions abritant des sites de production d'homéopathie s'étaient prononcés pour un maintien du remboursement, mettant en avant l'activité économique générée. Aujourd'hui, elle est remboursée à 30% par la Sécu et le projet d'Emmanuel Macron serait de passer à 15%.

L'an dernier, le remboursement de l'homéopathie a représenté 126,8 millions d'euros sur un total d'environ 20 milliards pour l'ensemble des médicaments remboursés, selon l'Assurance maladie. La ministre, médecin hématologue de formation, a fait valoir auprès de l'Élysée qu'il y allait de sa "crédibilité scientifique", rapporte notamment le Canard Enchaîné.

Share