Huawei considère Apple comme son modèle en matière de vie privée

Share

En effet, dans une récente interview accordée à un magazine hebdomadaire français, le PDG de Huawei, Ren Zhengfei, a fait certaines révélations sur son système dexploitation (Hongmeng OS) développé en interne et qui pourrait permettre à Huawei de réduire sa dépendance à Android. En fait, la société prétend même pouvoir faire mieux que Google ou Apple en termes de performances du système d'exploitation.

Un peu comme Apple l'a fait lorsque le gouvernement américain lui a demandé de partager les informations des utilisateurs et de déverrouiller les dispositifs, a-t-il suggéré. Si je l'avais fait ne serait-ce qu'une seule fois, les États-Unis auraient des preuves à diffuser dans le monde entier.

Le PDG a également déclaré que les préoccupations de l'administration Trump étaient exagérées et que le gouvernement chinois gérait des sociétés privées telles que Huawei uniquement par le biais de réglementations et de taxes: "La Chine n'intervient jamais dans les opérations commerciales de Huawei. Ensuite, les 170 pays et régions dans lesquels nous opérons actuellement cesseraient d'acheter nos produits et notre société s'effondrerait", a-t-il déclaré. Après ça, qui paierait nos dettes? L'iPhone utilisé par le tireur San Bernardino est l'un des appareils qu'Apple a refusé de pirater, expliquant que cela aurait compromis la sécurité de tous les clients.

Ren Zhengfei l'assure: les données des utilisateurs sont justement entre les mains des utilisateurs et non stockées par Huawei.

Face à la perspective d'être privé du système d'exploitation Android de Google, suite aux restrictions de Washington, le géant chinois Huawei est en train de développer son propre système d'exploitation capable, selon le PDG de l'entreprise, de concurrencer les programmes américains. " C'est le devoir d'un opérateur de pister les données des utilisateurs". Tournant sur l'ensemble des appareils Huawei (pas seulement sur les smartphones, donc), l'OS afficherait un délai de traitement de moins de 5 millisecondes, ce qui est plus rapide qu'Android et MacOS.

Pour rappel, Huawei n'est plus autorisé à travailler avec des entreprises américaines en vertu d'un décret signé par le président Donald Trump à la mi-mai.

Share