700.000 fumeurs quotidiens ont arrêté grâce à la cigarette électronique - Santé

Share

"Elle ne semble donc pas devenir, dans la population adulte, un nouveau produit utilisé sans lien avec le tabac" ajoute l'agence sanitaire qui tempère cependant les conclusions à tirer de cette observation en particulier pour les adolescents exclus de cette étude et rappelle que "90 % des expérimentations de tabac ont lieu avant 18 ans". C'est très important de savoir que l'on conseille la cigarette électronique à des gens qui veulent arrêter de fumer, cela peut être associé aux traitements validés et remboursés.

Ce montant était de l'ordre de 500 000 personnes, soit 1,2% de la population française de 18 à 75 ans et la moyenne d'utilisation est de 4 mois. "D'autres n'aiment pas la cigarette électronique et préfèrent des traitements validés". Le conseil municipal qui a voté à l'unanimité l'ordonnance, a mis en avant la nécessité d'agir face à une hausse impressionnante de la consommation des "vapoteuses" chez les jeunes qui a des conséquences sur la santé publique. "L'effet de nouveauté est probablement passé et l'usage est désormais ancré sur le long terme", note les chercheurs.

Le profil du vapoteur quotidien se dessine au fil des années. Parmi les vapoteurs quotidiens, on trouve 49,5 % d'anciens fumeurs, 10,6 % de personnes qui continuent à fumer occasionnellement et 39,7 % qui continuent à le faire de manière quotidienne.

Car les spécialistes s'accordent pour dire que vapoter reste nettement moins dangereux que consommer du tabac.

La cigarette électronique fait ses preuves dans la lutte contre le tabagisme. " C'est une réalité absolument incontestable", affirme le professeur Bertrand Dautzenberg, pneumologue au CHU de Pitiè-Salpêtrière à Paris. 67,8 % des ex-fumeurs déclarent avoir réussi à se sevrer sans autres aides que la e-cigarette, et 8,6 % grâce à la e-cigarette combinée à d'autres moyens. "Parmi ceux qui vapotent et qui fument encore, plus des trois quarts estiment avoir diminué leur consommation de cigarettes: une dizaine au quotidien contre un peu moins d'une vingtaine auparavant", rapporte RTL. Mais les plus sceptiques sont les fumeurs quotidiens.

► Pourquoi San Francisco va-t-elle interdire les cigarettes électroniques?

Cela a manifestement un effet sur leur consommation de tabac. C'est la première grande ville américaine à instaurer cette réglementation. Le rapport publié hier de Santé Publique France explique: "La cigarette électronique est perçue comme aussi ou plus nocive que la cigarette ordinaire par la moitié de la population" Entre 2014 et 2017, ce chiffre aurait manifestement augmenté. On sait donc exactement ce qu'il y a dans les émissions de cigarettes électroniques, c'est la même chose que dans les liquides.

Share