"Paye ta Shnek" tire sa révérence 7 ans après sa création

Share

Lancé en 2012, le Tumblr féministe "Paye ta shnek" rassemblait les témoignages de femmes victimes de harcèlement de rue.

C'est avec beaucoup de tristesse, mais aussi de soulagement, que je tire ma révérence. "Je n'arrive plus à lire vos témoignages et à les digérer en plus des violences que je vis dès que je mets le pied dehors", explique-t-elle, avant de reconnaître que son statut au sein du militantisme féministe accentue la pression exercée sur elle. La plateforme Paye ta shneck va s'arrêter, a annoncé sa créatrice Anaïs Bourdet sur Facebook, dimanche 23 juin.

"Je suis la meuf de PTS, je ne m'autorise pas à laisser passer les choses, car après tout, si même moi je ne réagis pas, qui le fera?" "Ce rôle, je n'en veux plus".

Témoigner ainsi n'a selon elle "plus autant de sens: après Balance ton porc, Me Too, et toutes les prises de parole, il faut passer à l'étape suivante". Le nom "paye ta shnek " vient du terme d'argot désignant le sexe féminin. Cette plateforme (déclinée sur plusieurs réseaux sociaux par la suite), publiait depuis sept ans des témoignages de femmes ayant été victimes de harcèlement ou d'agissements sexistes dans l'espace public.

Votre navigateur ne peut pas afficher ce tag vidéo.

Share