Présidentielle-Mauritanie : M.Cheikh El-Ghazouani revendique sa victoire

Share

Mohamed Ould Ghazouani, qui a revendiqué la victoire dès le premier tour à la présidentielle organisée samedi en Mauritanie, n'aime pas parler de lui.

Dans la soirée, la Commission nationale électorale indépendante (Céni) a confirmé la victoire de M. Ghazouani, qui remporte 52,01% des voix sur l'ensemble des bureaux. Il devance ainsi largement ses opposants, dont le militant anti-esclavagiste Biram Ould Dah Ould Abeid (18,58 %) et l'ancien Premier ministre Sidi Mohamed Ould Boubacar (17,87 %).

Ces résultats doivent encore être transmis pour validation au Conseil constitutionnel après examen d'éventuels recours, alors que les quatre candidats d'opposition ont annoncé qu'ils utiliseraient toutes les voies légales pour les contester.

M. Ould Abdel Aziz s'est fait élire en 2009, puis réélire en 2014 lors d'un scrutin boycotté par les principaux partis d'opposition. "Nous rejetons les résultats de ce scrutin et nous considérons qu'ils n'expriment nullement la volonté du peuple mauritanien", a-t-il dit, exigeant leur publication par la Céni "bureau par bureau". Ould Boubacar et Ould Abeid, ont dénoncé lors d'une rencontre samedi après-midi des irrégularité et l'expulsion de leurs représentants de certains bureaux de vote.

Les Mauritaniens votaient hier pour élire le successeur du président Mohamed Ould Abdel Aziz, qui devra à la fois préserver la stabilité chèrement conquise par ce vaste pays du Sahel, et en améliorer la situation économique et le bilan en matière de droits humains. Au stade olympique de Nouakchott, où M. Ould Ghazouani était attendu à la mi-journée, tout comme dans le bureau proche où M. Ould Abdel Aziz a voté peu après 08h30 GMT, des files d'attente se sont constituées dès l'ouverture, scène inhabituelle dans ce quartier chic. Mohamed Ould Ghazouani, qui a suivi cet apprentissage alliant la connaissance du Coran à un enseignement ésotérique, n'était pas destiné à reprendre la charge de cette école, et bien que sa lignée ne l'y ait pas préparé, il a embrassé la carrière militaire.

Les critiques se focalisent sur les droits fondamentaux, dans une société marquée par des disparités persistantes entre communautés arabo-berbère, haratine (descendants d'esclaves de maîtres arabo-berbères, dont ils partagent la culture) et afro-mauritanienne, généralement de langue maternelle d'ethnies subsahariennes.

La BM salue le rétablissement de la "stabilité macroéconomique", avec des projections de croissance annuelle de 6,2% en moyenne sur la période 2019-2021 mais appelle à lever les obstacles au secteur privé, en premier lieu les difficultés d'"accès au crédit" et "la corruption".

Share