Manuel Valls pourrait devenir le ministre des Affaires étrangères… de l’Espagne

Share

Après que le parti du Barcelonais Albert Rivera a pris ses distances avec l'ancien Premier ministre français, c'est Manuel Valls qui n'a pas ménagé ses anciens soutiens lors d'une conférence de presse, ce mercredi à Barcelone. Et l'ancien Premier ministre de faire l'inventaire des erreurs des Ciudadanos qui lui ont coûté cher et amener à la rupture: la photo des "droites" Ciudadanos-PP-Vox place Colón à Madrid et la triple alliance des mêmes en Andalousie. "Seul mon engagement pour Barcelone m'a empêché de rompre (avec Ciudadanos) après les élections andalouses". J'aurais peut-être attendu de rentrer de nouveau au gouvernement. Ses positions pro-européenne et anti-indépendantiste plairaient aux dirigeants du PSOE, mais sa renommée en Europe pourrait faire de l'ombre au premier ministre, Pedro Sanchez.

Manuel Valls et deux autres élus ont donné leurs voix samedi 15 juin à Colau, lui permettant d'être reconduite à la tête de la deuxième ville d'Espagne.

L'homme politique franco-espagnol, qui a terminé quatrième de l'élection à Barcelone, a pointé les changements au sein de Ciudadanos, "qui était auparavant un parti libéral".

Manuel Valls, désormais conseiller municipal de Barcelone, avait justifié ce vote coup de théâtre "sans contreparties" par sa volonté de barrer la route à l'indépendantiste catalan Ernest Maragall, arrivé de peu en tête du scrutin. "L'article, relayé par Courrier international, explique que les négociations ont commencé et même qu'" autour de la table, le PSOE a fait les premiers pas pour intégrer Manuel Valls comme futur titulaire des Affaires étrangères.

Selon les médias locaux, plus précisément le site moncloa, Manuel Valls aurait diné dans un prestigieux restaurant madrilène avec plusieurs responsables du Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE) de Pedro Sánchez. Une situation que le PSOE préférerait éviter dans l'immédiat.

Share