Donald Trump accusé de viol par une journaliste du ELLE

Share

Malgré les dires de Donald Trump, il semblerait que le président connaisse bien la journaliste puisque sur l'une des photos illustrant l'article il est en train de plaisanter avec elle et son mari. Les faits se seraient produits en 1995 ou en 1996 dans un grand magasin de luxe new-yorkais, indique l'AFP. Devant son refus, Donald Trump serait devenu furieux et l'aurait amené dans les cabines d'essayage avant de la pousser contre un mur, baisser ses collants et " poussé ses doigts autour de (ses) parties intimes ": " Il a ensuite poussé son pénis à moitié - ou entièrement, je ne suis pas sûre - en moi ".

Donald Trump dit n'avoir jamais vu son accusatrice E. Jean Carroll.

La journaliste assure qu'elle pensait à une mauvaise blague avant que les choses prennent une tournure dramatique: le milliardaire se serait enfermé dans la cabine avec sa victime avant de la violer. Après s'être débattue, en vain, durant plusieurs secondes, Elizabeth Jean Carroll aurait fini par se défaire de son agresseur et s'enfuir.

Elle explique ne pas avoir porté plainte à l'époque par peur de subir des représailles ou d'être "traînée dans la boue", mais en avoir parlé à deux amies journalistes, qui ont toutes deux confirmé à "New York" avoir entendu la même version de l'histoire racontée par la victime présumée.

Elle essaie de vendre un nouveau livre. Outre l'interview, l'éditorialiste livre son témoignage dans un ouvrage autobiographique, "What Do We Need Men For? Cela devrait vous faire comprendre quelles sont ses motivations" explique le président américain. "Cela devrait être vendu au rayon fiction ", déclare le chef d'État de 73 ans.

Le New York Magazine cite également un haut responsable de la Maison Blanche qui affirme que l'accusation "a été créée de toutes pièces dans le but de dénigrer le président" qui vient d'officialiser sa candidature pour un second mandat. "À modest proposal", Elizabeth Jean Caroll rappelle que Donald Trump est également accusé de viols par une quinzaine de femmes.

Début octobre 2016, à quelques jours de l'élection présidentielle, le Washington Post a publié une vidéo de 2005 dans laquelle on entendait Donald Trump tenir des propos dégradants envers les femmes.

Il s'y vante aussi d'embrasser et de toucher les femmes à sa guise, un comportement pouvant s'apparenter à du harcèlement sexuel.

Share