La Tunisie tirée d'affaire en octobre, sa notation sauvée

Share

L'Assemblée générale de l'organisme intergouvernemental de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, réunie, du 17 au 22 février 2019 à Paris, avait alors estimé que les experts du GAFI n'avaient pas pu examiner entièrement la conformité du dispositif législatif tunisien aux normes internationales, en raison de sa nature très récente.

Selon des responsables du gouvernement, les chances de la Tunisie de sortir de cette liste sont bonnes puisque presque tous les points du plan d'action du gouvernement ont été exécutés.

Il a précisé que le groupe d'action financière (GAFI) a conclu, lors de sa réunion tenue, jeudi, aux Etats Unis, que la Tunisie a accompli son plan d'action visant à lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, précisant que le GAFI effectuera une visite vers la mi-septembre prochain pour s'assurer de la mise en œuvre de ce plan.

Parmi les plus importantes actions réalisées par le groupe de travail créé à cet effet, l'adoption d'un statut relatif au registre des entreprises et la publication des décrets d'application y afférents en plus de la création d'un registre du bénéficiaire effectif et le centre national du registre des entreprises.

De nouvelles sanctions du Groupe d'action financière international tomberont sur l'Iran si le pays ne prend pas des mesures contre le blanchiment d'argent, a indiqué un responsable de l'administration Trump vendredi.

"Le GAFI a réagi au refus délibéré de l'Iran de remédier à ses déficiences en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme en exigeant un renforcement des contrôles des succursales et filiales d'institutions financières basées en Iran", a-t-il déclaré.

Share