Un guide pour y voir clair — Produits cosmétiques dangereux

Share

Afin de redonner la capacité à choisir les produits les plus sûrs à tous les consommateurs, y compris à ceux qui n'auraient pas l'application QuelCosmetic, l'UFC-Que Choisir a sélectionné parmi les 170 000 références de son application, 171 produits cosmétiques du quotidien (dentifrices, shampooing, déodorants, crèmes hydratantes, après-rasages ...), passés au peigne fin.

Selon Que choisir, il existe encore près d'un produit cosmétique sur trois contient des perturbateurs endocriniens, des substances toxiques, irritantes ou fortement allergisantes. Dans le guide, les résultats d'analyses ont été classé de manière compréhensible, en fonction du profil du consommateur (femme enceinte, adulte, enfant ou bébé) ainsi que le type d'utilisation afin de donner "les clés pour garantir à chaque profil de consommateur et pour chaque usage une utilisation en toute sécurité".

Parmi les 143 substances qui inquiètent UFC-Que Choisir, le dioxyde de titane trouve une place particulière. Exemples: le propylparaben présent dans la crème hydratante Mixa intensif peau sèche, le butylphenylmethylpropionate, substance toxique, présent dans la crème de soin hydratante Nivea soft, ou la MIT, substance fortement allergisante, présente dans le shampooing antipelliculaire 2 en 1 Head & Shoulders. L'UFC-Que choisir assure que beaucoup moins de produits pourraient ne plus contenir de produits dangereux si les procédures européennes s'accélèrent et si le lobbying des industriels est moins écouté.

Pour les utilisateurs qui ne disposent pas de l'application, ce guide spécial cosmétique a été publié le 11 juin 2019. Avec l'analyse des produits cosmétiques, il propose également des sélections de produits sains et pas coûteux pour aider les consommateurs à faire le bon choix.

Share