Sept ans de prison ferme requis contre Patrick Balkany

Share

C'est désormais au tour du parquet national financier (PNF) de requérir contre les élus, qui encourent dix ans de prison, et leurs quatre coprévenus.

Plus tôt dans la journée, l'avocat de l'État a réclamé un total d'un million d'euros de dommages et intérêts à Patrick et Isabelle Balkany, à leur fils et à deux autres prévenus poursuivis dans ce dossier colossal.

Dans un premier volet portant sur le seul délit de fraude fiscale, le parquet national financier a requis mi-mai quatre ans de prison contre Patrick Balkany et deux ans ferme contre son épouse Isabelle.

Son épouse Isabelle Balkany fait quant à elle face à une une peine de 4 ans de prison avec sursis et 500 000 euros d'amende.

Patrick Balkany, 70 ans, a affronté seul l'épreuve d'un procès public et hyper-médiatisé, en l'absence d'Isabelle, 71 ans, convalescente depuis une tentative de suicide début mai. Sans retenir leurs coups, ils ont stigmatisé un élu qui a dirigé Levallois Perret presque sans discontinuer depuis 1983, soupçonné d'avoir dissimulé plus de 13 millions d'euros d'actifs.

Le fils Balkany, Alexandre, est poursuivi pour avoir "couvert" ses parents en souscrivant des baux de location fictifs et le milliardaire saoudien Mohamed Al Jaber pour avoir payé le prix officiel du riad contre des délais avantageux dans un énorme contrat immobilier à Levallois.

Le PNF a également demandé la saisie des biens du couple, en particulier le luxueux moulin de Giverny (Eure) dont ils conservent l'usufruit. "'Beaucoup ont fait de Patrick Balkany le symbole de l'impunité des puissants' a déclaré le procureur, qui veut une peine effective et immédiate", explique le journaliste de France 2 Dominique Verdeilhan, en direct du palais de justice de Paris. L'accusation reproche au couple Balkany des années de dissimulation, d'un magot en Suisse à de somptueuses propriétés aux Antilles et au Maroc, masquées par un chapelet de sociétés offshore, avec un faible pour le savoir-faire panaméen. "Patrick Balkany est ce qu'il est et a fait ce qu'il a fait".

Dans son réquisitoire, l'avocat de l'Etat a démontré, preuves à l'appui, que le riad de Marrakech appartient au couple Balkany.

Pour l'accusation, cette entente existe bien: "Peu importe que le pacte de corruption n'ait pas été explicitement formulé" car il y a un "lien incontestable entre l'acquisition de la maison et le contrat immobilier de Levallois", a affirmé Serge Roques, égrenant une "chronologie éclairante" des versements du milliardaire précédant des délais accordés par la ville.

Pour l'avocat Arnaud Claude, accusé d'avoir joué un rôle essentiel dans le montage qui a permis l'acquisition de la villa de Marrakech et "sciemment apporté son concours à une opération de corruption", le procureur a demandé quatre ans de prison, dont deux avec sursis.

Share