"Pratiques commerciales trompeuses" de SFAM : comment se faire rembourser ?

Share

La SFAM, " champion " français de l'assurance de produits électroniques, a blousé des centaines d'utilisateurs de smartphones, de tablettes et autres casques audio. L'amende est de 10 millions d'euros, selon le Parisien, un ordre de grandeur confirmé par une source proche du dossier à l'AFP. La DGCCRF avait dans ce cadre réalisé des perquisitions qui ont conduit l'assureur spécialisé en smartphones et appareils multimédias à accepter, à la suite d'une transaction pénale le 5 juin dernier, le versement d'une amende de 10 millions d'euros.

Au terme d'une enquête de la DGCCRF, la SFAM a accepté la sanction financière et va s'engager à rembourser les clients qui en feront la demande. Ils seraient plus de 1.000 selon le recensement de l'UFC Que Choisir. "On a commencé à avoir des retours de personnes mécontentes en octobre 2016 et cela a explosé en août 2017", précise Raphaël Bartlomé, le responsable du service juridique de l'association qui a par ailleurs déposé plainte auprès du Parquet de Paris à la fin de l'été 2018.

Que Choisir avait indiqué que sous couvert d'une offre de remboursement de 30 euros apposée sur l'étiquette d'un produit multimédia vendu par la Fnac, les clients étaient incités, sans toujours en avoir conscience, à souscrire une assurance pour le produit.

Des consommateurs ont ainsi découvert des prélèvements opérés par la Sfam sur leur compte bancaire, alors qu'ils pensaient avoir simplement signé pour obtenir une réduction du prix de l'appareil choisi.

Pire encore, ces contrats annoncés comme "sans engagement " engageaient le consommateur pour un an. La SFAM était jusqu'à ce 1er avril 2019 le deuxième actionnaire de la Fnac, ce qui laisse suspecter un arrangement entre les deux enseignes. La Répression des fraudes a obtenu un accord avec le courtier en assurance pour qu'il indemnise les consommateurs qui s'estiment lésés.

Les réclamations doivent être envoyées d'ici au 31 août. Le délai de remboursement des sommes prélevées sans consentement n'est en revanche pas encore connu.

Share