Instagram ne supprimera pas la fausse vidéo de Zuckerberg

Share

Dans la vidéo truquée, le milliardaire était en train d'évoquer la possibilité de créer des vidéos truquées quand on peut contrôler une grande quantité de données volées. Partagée sur Instagram, celle-ci restera en ligne et n'aura pas le droit à un traitement de faveur malgré le fait que Zuckerberg soit également le patron du réseau social de partage de photos. Je dois tout à Spectre.

Des artistes ont créé une fausse vidéo de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, prêtant allégeance à une organisation criminelle fictive. "Spectre m'a montré que celui qui contrôle les données contrôle l'avenir", énonce le patron de Facebook. "Spectre m'a montré que quiconque contrôle les données contrôle l'avenir", dit le "faux" Mark Zuckerberg dans cette courte vidéo postée sur Instagram par l'artiste britannique Bill Posters pour promouvoir son projet "Spectre", qui veut dénoncer les dérives des géants technologiques. Leur but: tester la réaction du géant des réseaux sociaux face à cet exemple de désinformation manifeste, explique le site Vice, premier média à l'avoir repérée, mardi 11 juin.

Quelques jours plus tôt, une autre fausse vidéo, mettant cette fois-ci en avant Nancy Pelosi, Présidente de la Chambre des représentants aux États-Unis, avait circulé. Facebook avait pris la décision de ne pas supprimer le contenu. Cette vidéo, dont la bande son a été volontairement ralentie, donnait l'impression que cette adversaire acharnée du président Donald Trump était ivre. Facebook avait alors refusé de censurer ce contenu, malgré les appels répétés de responsables démocrates, arguant "que le bon équilibre entre la promotion de la liberté d'expression et d'une communauté sûre et authentique est de réduire la distribution de 'fausses informations'".

"L'enjeu, c'est de s'interroger sur le respect de la vie privée et la surveillance de nos données", a déclaré à l'AFP Bill Posters, qui réclame que son vrai nom ne soit pas dévoilé afin de préserver son anonymat.

La volonté affichée par Facebook de tenter de parvenir rapidement à un accord avec la FTC semble en partie liée à ces courriels, rapporte le Wall Street Journal, qui dit cependant ne pas avoir été en mesure de déterminer quels emails avait demandés la FTC ni combien étaient liés à Mark Zuckerberg. Ils se sont ensuite tournés vers Canny IA, une agence israélienne de publicité, spécialisée dans l'utilisation de l'intelligence artificielle. La vidéo a été réalisée avec des images de Mark Zuckerberg datant de 2017.

Share