Examens de médecine. Le retour favorable des ministères ne change rien

Share

Annonçant le boycott des examens de S2 le 24 mars dernier, la Coordination nationale des étudiants en médecine (CNEM) avait souligné dans son communiqué que les étudiants en médecine des facultés publiques "n'exigent rien au-delà de la capacité de l'État " et s'est dite opposée à " toute tentative de privatisation par le biais de partenariats avec des institutions privées ou semi-publiques en intégrant leurs étudiants aux stages hospitaliers ".

Le boycott aurait été suivi dans les neuf facultés de médecine, de pharmacie et de chirurgie dentaire du Maroc. Il reste en revanche deux autres points des revendications des étudiants: le concours de résidanat et l'instauration décriée d'une sixième année pour les étudiants en médecine dentaire, qui ne sont pas encore satisfaits. Les parents ont aussi demandé le report des examens pour permettre aux étudiants grévistes de mieux les préparer.

Le ministère de l'Éducation nationale et le ministère de la Santé ont pourtant assuré, dimanche, s'être engagés à mettre en œuvre 14 points ayant fait l'objet d'accord avec les représentants des étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire. Les ministères de la Santé et de l'Education n'ont pas encore réagi officiellement, selon l'AFP.

Outre la décision de boycotter les examens, les étudiants ont aussi préféré rester loin des établissements afin d'éviter toute confrontation avec les forces de l'ordre, fortement présentes aux alentours, notamment de la la faculté de Casablanca à laquelle nous nous sommes rendus en fin de matinée.

Ces deux départements ont donc appelé les étudiants des facultés de médecine, de pharmacie et de médecine dentaire à rejoindre leur établissement et à passer les examens du deuxième semestre conformément au planning fixé à cet effet.

L'accord porte également sur l'augmentation graduelle des postes destinés au concours de médecins internes et la suppression de la mention des diplômes de docteur en médecine, en pharmacie et en médecine dentaire, en plus de l'accès des étudiants à l'AMO. Les deux ministères ont aussi signalé l'annonce du quota d'affectation dans les centres hospitaliers au maximum dans la deuxième semaine de septembre, directement après réception des listes en provenance des facultés de médecine et de pharmacie durant la première semaine du mois de septembre de chaque année. Des commissions régionales seront créées comprenant les représentants de la direction régionale de la santé, le CHU, les facultés de médecine et de pharmacie et les étudiants qui seront chargés d'homologuer les centres hospitaliers aptes à accueillir les étudiants de la septième année.

Concernant les étudiants de médecine, les deux ministères se sont engagés à modifier la circulaire n° 48 du 12 octobre 2017, relative aux stages des étudiants de médecine chargés des missions de médecin interne (7e année), en impliquant les étudiants, et ce, avant septembre prochain.

Concernant les étudiants en médecine dentaire, les deux départements du gouvernement ont convenu de consacrer un budget pour dispenser les étudiants des charges d'acquisition de matériels destinés aux travaux pratiques et au stage hospitalier.

Share