" "Jared Kushner a présenté ses " idées " pour le Moyen Orient à Bruxelles

Share

Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker recevra ce mardi, à 17h45, Jared Kushner, gendre et conseiller du président américain Donald Trump, pour un entretien consacré à la situation au Proche-Orient, a annoncé sa porte-parole Mina Andreeva.

WASHINGTON, 3 juin (Reuters) - Jared Kushner, gendre et conseiller de Donald Trump, a déclaré dimanche que les Palestiniens méritaient "l'autodétermination" mais a émis des doutes sur leur capacité à gouverner seuls.

Dans un entretien accordé au site d'information américain Axios, Jared Kushner a estimé dimanche que les Palestiniens n'étaient pas prêts à se gouverner eux-mêmes.

Le plan " peut être rejeté ", a affirmé mardi dernier Mike Pompeo, lors d'une rencontre privée avec la Conférence des présidents des principales organisations juives américaines, selon le Washington Post. L'incertitude demeure sur ses aspects politiques, de loin les plus délicats.

Le volet politique du plan de paix - si et quand il sera présenté - devrait s'abstenir d'appeler à la création d'un Etat palestinien, rompant avec l'objectif de la diplomatie américaine depuis des décennies.

Aucune précision n'a été fournie sur les idées présentées par Kushner pour résoudre le conflit israélo-palestinien.

Et selon David Makovsky, du think tank Washington Institute for Near East Policy, le fait qu'il ne soit pas officialisé en même temps que l'aspect économique est révélateur du peu de confiance qu'accorde l'administration Trump à ce plan.

L'Union européenne soutient pour sa part fermement la solution à deux Etats, tandis que l'administration Trump s'est pour sa part abstenu d'appuyer ce positionnement, adopté depuis longtemps par la communauté internationale. Mais les Palestiniens ont unanimement rejeté ce plan, après avoir déjà rompu toute relation avec l'administration Trump dont la sujétion à Israël a atteint des proportions jamais connues auparavant. Les Palestiniens veulent faire de Jérusalem la capitale de leur futur Etat.

La révélation du plan de l'administration a été reportée de manière répétée et l'effondrement des négociations de coalition, survenu la semaine dernière, et l'initiative visant à organiser un nouveau scrutin devraient encore repousser le déploiement du plan.

Depuis son arrivée à la Maison Blanche il y a deux ans, Donald Trump a transformé la traditionnelle politique d'appui à Israël en un soutien inconditionnel à l'Etat hébreu et au gouvernement de Benjamin Netanyahu.

Le ministre a admis le risque d'un échec de ce plan de paix qui pourrait être considéré comme "inapplicable", comme l'a rapporté le Washington Post.

Interrogé sur cet enregistrement lors d'une interview hier en Suisse avec le réseau de télévisions locales américaines Sinclair Broadcast Group, M. Pompeo n'a pas démenti son authenticité.

Share