Les cheminots retournent dans la rue contre le "nouveau pacte ferroviaire" (IMAGES)

Share

Pour les TER, les perturbations attendues concerneront "un train sur deux dans les Hauts-de-France et un sur cinq dans la région Centre-Val de Loire" En Loire et Haute-Loire, la ligne entre Le Puy-en-Velay et Lyon (via Saint-Etienne) sera impactée par la grève.

Plusieurs milliers de cheminots ont commencé à manifester mardi après-midi à Paris contre la réforme ferroviaire et la dégradation du climat social dans l'entreprise, ont constaté des journalistes de l'AFP.

Cette manifestation nationale unitaire était la première depuis la promulgation du "nouveau pacte ferroviaire", fin juin 2018. "Aujourd'hui, on voit les premiers effets de la réforme avec des fermetures de lignes, de gares et des suppressions d'emplois massives", a déploré Bruno Poncet, secrétaire fédéral de SUD-Rail, à propos de cette loi planifiant l'ouverture à la concurrence du transport national ferroviaire de voyageurs et instaurant l'arrêt des embauches au statut de cheminot à partir du 1er janvier 2020. "Un " Observatoire de la transformation " sera installé le 24 juin pour veiller à l'" accompagnement individuel et collectif " des cheminots dans une entreprise où " il y a d'énormes transformations ".

Les quatre syndicats majoritaires de la SNCF - la CGT, Unsa, Sud et CFDT - appellent à une journée nationale d'action contre la réforme ferroviaire ce mardi 4 juin.

Dès 11H00, un premier rendez-vous est fixé pour les cheminots devant le siège de l'organisation patronale UTP, l'Union des transports publics et ferroviaires, avec qui les syndicats doivent encore négocier des chapitres cruciaux de la future convention collective nationale (CCN) de la branche ferroviaire, notamment la définition des métiers ou le dossier de la prévoyance. " et " cheminots en colère, on lâchera pas l'affaire ", le cortège s'est ébranlé dans le calme de la place d'Italie, à Paris, peu après 14 heures. Tous dénoncent les incertitudes liées à cette réforme et les réorganisations en cours à la SNCF. Et mettre la pression sur le gouvernement qui doit encore compléter la réforme avec " des ordonnances et des décrets ". La préfecture de police a comptabilisé pour sa part 5.500 manifestants. Des salariés d'autres secteurs seront aussi présents, venus de la restauration ferroviaire, l'agroalimentaire, la culture ou la fonction publique. Sont également attendus des agents de la RATP, où la CGT a déposé un préavis de grève pour "défendre le service public de transport". "Si c'est nécessaire", la CFDT "n'exclut pas de remettre en route la mobilisation au-delà de la manifestation".

Share