Face au Mexique, Trump joue un jeu dangereux

Share

"Les droits de douane vont progressivement augmenter tant que le problème de l'immigration clandestine n'est pas résolu".

Au lendemain de son annonce de taxes douanières pour forcer Mexico à agir contre les migrants clandestins, Donald Trump a accentué vendredi sa pression sur le Mexique, l'exhortant à sévir également contre les cartels de la drogue. Dans une lettre, il a invité Donald Trump au dialogue: "Je vous informe que je ne veux pas la confrontation (.) Je propose d'approfondir le dialogue, de rechercher des alternatives au problème de l'immigration".

L'annonce américaine avait été précédemment qualifiée de "désastreuse" par le Mexique.

L'automobile accuse le coup en Bourse parce que de nombreux constructeurs se servent du Mexique comme base pour exporter vers les Etats-Unis mais aussi parce que les constructeurs européens ne peuvent que craindre d'être les suivants sur la liste.

Un groupe record de plus d'un millier de migrants clandestins a été interpellé après avoir franchi la frontière mexicaine, a annoncé le Président américain en partageant une vidéo des faits. Ils viennent s'ajouter "aux plus de 530.000 étrangers appréhendés ou recensés aux postes-frontières" à la limite avec le Mexique depuis le 1er octobre, précise la CBP. "Nous allons faire quelque chose de vraiment spectaculaire sur la frontière", a déclaré le milliardaire devant les journalistes.

L'arrestation du "plus grand groupe jamais découvert par les agents de la police aux frontières démontre la gravité de la crise humanitaire et de la sécurité aux frontières" dans le Sud américain bordant le Mexique, a souligné le numéro deux de la CBP, Robert E. Perez, dans un communiqué. "Ce sont des violeurs", avait notamment déclaré Donald Trump pendant sa campagne pour justifier sa proposition de construire un mur à la frontière entre les deux pays. Face au refus du Congrès de lui accorder l'enveloppe budgétaire nécessaire, Donald Trump a déclaré en février une situation d'urgence nationale à la frontière et a demandé à la Défense de réaffecter des milliards de dollars à sa construction.

Tout en estimant que les "mesures coercitives ne conduis (ai) ent à rien de bon", il a affirmé que le geste de Washington ne remettait pas en cause la ratification du nouvel accord de libre-échange nord-américain entre les Etats-Unis, le Mexique et le Canada (AEUMC), dont le processus avait été lancé le jour même de l'offensive douanière par le gouvernement américain.

En attendant, les autorités américaines sont débordées par l'afflux de clandestins et n'ont plus les moyens de les maintenir tous en détention.

Share