La silice cristalline, un cancérogène répandu — Maladie professionnelle

Share

Ce minéral présent partout à la surface du globe à l'état naturel, dans le sable, dans le granit ou la roche, figurerait parmi les cinq facteurs cancérogènes auxquels les travailleurs sont les plus exposés en France. En France, près de 365 000 travailleurs y seraient exposés par inhalation, en particulier au quartz. Plus précisément, entre 23 000 et 30 000 travailleurs inhalent quotidiennement des poussières de silice à des niveaux supérieurs à la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP) admise actuellement, soit 0,1 mg.m-3.

L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (Anses) estime que l'exposition des travailleurs à la silice cristalline représente "un risque sanitaire particulièrement élevé". Plus des deux tiers de ces niveaux d'expositions concernent le secteur de la construction.

Le rôle cancérigène de la silice est reconnu par le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) depuis 1997, en lien avec l'augmentation du risque de cancer bronchopulmonaire; ce risque étant majoré en cas de silicose.

Le lien causal avec la silicose est aussi bien établi.

"Sans compter qu'" une association a été observée dans les études [avec] le risque de pathologie rénale ou d'une pneumopathie infiltrante diffuse de type fibrose pulmonaire idiopathique", poursuit l'Anses.

L'Anses recommande une série de mesures en termes de prévention et de maîtrise des expositions en milieu professionnel, de surveillance médicale et de reconnaissance des maladies professionnelles.

L'Anses " rappelle en premier lieu la nécessité d'appliquer les mesures de prévention définies par la directive 2004/37/CE concernant la protection des travailleurs contre les risques liés à l'exposition à des agents cancérogènes ou mutagènes au travail ". L'Anses publie des recommandations dans le but de réduire l'impact sanitaire de cette substance. Par ailleurs, l'agence suggère de " réviser les valeurs limites d'exposition professionnelle jugées insuffisamment protectrices, sans faire de distinction entre ses différentes formes ". Tout en révisant en parallèle, " les tableaux de maladies professionnelles en lien avec la silice cristalline ".

Il faut également ajouter à cette liste de maladies induites par cette exposition professionnelles, " la bronchopneumopathie chronique obstructive (BPCO), l'emphysème et la tuberculose".

Share