Facebook supprime de faux comptes par milliards

Share

Le patron de Facebook Mark Zuckerberg a brandi jeudi les résultats d'une gigantesque opération de nettoyage, conduisant à supprimer plusieurs milliards de faux comptes, en tenant tête aux appels à démanteler le réseau social.

Ce chiffre paraît véritablement énorme, d'autant plus que Facebook revendique 2,38 milliards d'utilisateurs actifs par mois au premier trimestre 2019 pour son application principale, et par ailleurs 1,56 milliard d'utilisateurs actifs par jour.

"Je pense que cela va de soit que nous existons dans un environnement particulièrement dynamique et compétitif où de nouveaux services apparaissent tout le temps", a affirmé M. Zuckerberg.

En réponse, Mark Zuckerberg a insisté sur l'importance du budget alloué au contrôle des contenus. Un des cofondateurs de Facebook, Chris Hugues, ou encore Elizabeth Warren, une des candidates démocrates à la présidentielle de 2020, ont récemment appelé au démantèlement du groupe et d'autres colosses technologiques qu'ils jugent trop puissants, voire monopolistiques.

"Nous pouvons faire des choses que les autres (entreprises) ne peuvent juste pas faire".

La numéro deux du groupe, Sheryl Sandberg, avait aussi dit mi-mai qu'affaiblir Facebook pourrait, qui plus est, favoriser les groupes chinois.

" La plupart de ces comptes (ndlr: les faux comptes) ont été bloqués quelques minutes après leur création, avant même qu'ils puissent être utilisés pour causer des préjudices, et ont été retirés si rapidement qu'ils n'ont jamais été considérés comme actifs ", écrit Facebook. Selon Facebook, ces alias sont faciles à repérer par ses systèmes automatisés et il parvient à presque tous les supprimer avant qu'ils ne créent de "torts", comme un envoi massif de courriers indésirables par exemple. Le groupe annonce régulièrement des vagues de suppressions de comptes actifs jugés " inauthentiques ".

Le réseau social estime néanmoins que 5% des comptes actifs actuellement sur la plateforme sont "faux" sur un total de 2,4 milliards d'usagers mensuels actifs. Des faux comptes qui peuvent donc servir à gonfler les abonnés d'une page par exemple, ou à simuler de nombreux likes, partages et commentaires, mais aussi à poster du contenu qui enfreint les règles de Facebook.

En revanche, cette proportion tombe à 65% pour les propos "haineux" (racisme, antisémitisme par exemple) et même à 14% pour le harcèlement, plus difficiles à trouver.

Share