Algérie: les étudiants dans la rue, nouvelles mises en garde de l'armée

Share

Selon plusieurs médias algériens, dont l'agence de presse officielle APS, des étudiants ont aussi manifesté dans au moins une douzaine de villes universitaires, notamment à Oran et Constantine, 2 et 3 villes du pays.

Des milliers d'étudiants ont signé, ce 21 mai, le 13e acte de leur mobilisation contre le pouvoir. "Il est certain que l'étape principale serait d'accélérer la création et l'installation de l'instance indépendante pour l'organisation et la supervision des élections", a déclaré le chef de l'état-major de l'armée. Ceci, avant de conclure que "ceux qui veulent maintenir le pays dans l'impasse sont des individus et des entités qui tentent sciemment de nous mener vers le vide constitutionnel avec tous les risques et menaces qu'il peut comporter".

La tenue du scrutin empêchera un "vide constitutionnel " porteur de "dangers (.) aux conséquences désastreuses", avait-il estimé en mettant déjà en garde contre "l'infiltration " d'individus "ayant des plans suspects " et qui "utilisent les manifestations (.) pour transmettre certaines revendications irrationnelles " telles que le départ des "symboles du système ". Cette fin de non-recevoir a suscité l'indignation des manifestants qui ont, lors de cette nouvelle journée de mobilisation, scandé des slogans hostiles à son égard: "Gaïd Salah dégage!" ou encore "Le peuple et l'armée sont frères mais Gaïd Salah est avec les traîtres" pouvait-on entendre dans les cortèges.

Dans la capitale Alger, les étudiants ont réussi à défiler dans les principales artères malgré le déploiement de nombreux policiers. A plusieurs reprises, ils ont réussi à briser les cordons de sécurité mis en place à différents endroits de la ville.

Le général a également appelé au respect du calendrier de la présidentielle prévue le 4 juillet pour élire un successeur à Abdelaziz Bouteflika.

Share