Macron attaque de nouveau le Rassemblement national et son bilan "catastrophique" — Européennes

Share

En déplacement à Biarritz à neuf jours des européennes, Emmanuel Macron a attaqué le Rassemblement national en présentant ses élus au Parlement européen comme "les sortants" dont le bilan "est une catastrophe pour le pays comme pour l'Europe". "Elle a du même coup fustigé le comportement " antirépublicain " du président français, Emmanuel Macron, " un enfant roi", selon elle.

Emmanuel Macron a réaffirmé son engagement pour les élections européennes et la promotion de sa politique pour l'Europe.

La formation de Marine Le Pen marque notamment des points auprès des sympathisants de La France insoumise: avec 36 % d'opinions favorables, ils sont sept fois plus nombreux qu'il y a quatre ans à avoir une bonne opinion du RN et trois fois plus nombreux (et majoritaires, à 56 %) à le percevoir comme un parti comme les autres.

"J'avais déjà eu l'occasion de dire qu'il [Emmanuel Macron, ndlr] semblait être frappé par le syndrome de l'enfant-roi, une sorte de conviction de surpuissance, une intolérance à la frustration et un désir absolu de ne respecter aucune limite et aucune règle", a-t-elle déclaré lors d'une conférence de presse.

"Pour sa part, Mme Le Pen considère " fantastique " d'avoir, avec ses alliés, " donné au peuple la possibilité de profondément réorienter la construction européenne ". "Aujourd'hui, tout le monde est protectionniste", s'est-elle amusé.

Selon elle, le bilan du groupe auquel appartient le président de la République est " terrifiant ".

" Nous ne voulons plus de cette oligarchie sans repères, sans racines, sans âme, qui nous dirige avec pour seule ambition la soumission et la dilution de nos nations".

Mais le RN atteint son plus haut niveau de popularité sur la décennie, trois fois celui de mars 2011 (12 %), juste après l'arrivée de Marine Le Pen à sa tête.

Tranquillement, Steve Bannon pose ses valises à Paris dans sa suite du Bristol à 2500 euros la nuit pour faire gagner Le Pen!

Emmanuel Macron détourne la fonction présidentielle et en abuse pour se comporter en véritable chef de clan.

Le chef de l'Etat a assuré qu'il allait continuer à s'exprimer sur l'Europe d'ici au 26 mai, mais en indiquant ne pas savoir sous quelle forme (entretien à des journaux, intervention sur des réseaux sociaux.) Ses déclarations ont suscité la colère dans les rangs du Rassemblement national.

Share