Social: Un chômage national à 8,7% au plus bas depuis 10 ans

Share

Cette évolution est légèrement plus marquée qu'anticipé par l'Insee.

Par rapport à ses précédentes données diffusées en février, l'Insee a revu en hausse de 0,1 point le taux de chômage du deuxième trimestre 2018 pour la France métropolitaine, de 8,7 % à 8,8 %. "C'est une baisse continue du chômage depuis deux ans, du chômage taux général, du chômage des jeunes". Le nombre de personnes au chômage en métropole reste de 2,4 millions fin mars 2019, mais derrière la virgule, se cache une baisse de 19 000 chômeurs par rapport au trimestre précédent.

Au premier trimestre, le taux de chômage en France métropolitaine a reculé de 0,2 point chez les 25-49 ans mais a évolué à l'inverse de la tendance dans les autres tranches d'âge, avec une progression de 0,4 point chez les jeunes et une hausse de 0,3 point pour les 50 ans et plus. Quelque 963.000 personnes déclarent chercher un emploi depuis plus d'un an.

"Vous faites référence aux propos tenus par le Premier ministre, ce jeudi matin sur France Info: "[Ce taux de chômage], c'est le meilleur résultat qu'on ait depuis dix ans.

Le taux de chômage de longue durée s'établit à 3,3% de la population active, en recul de 0,1 point sur le trimestre et de 0,3 point sur un an.

Enfin, le taux d'emploi, c'est-à-dire la proportion des 15-64 ans qui travaillent, est stable pour s'établir à 66,1%.

L'Insee a par ailleurs recensé 1,4 million de personnes souhaitant un emploi sans être considérées comme des chômeurs par le BIT, parce qu'elles ne sont pas disponibles dans l'immédiat ou qu'elles ne cherchent pas activement. Et l'Insee relève une amélioration de la qualité des emplois, puisqu'il y a plus de CDI et moins de temps partiels subis.

Ce jeudi, Edouard Philippe a expliqué cette moindre baisse par "un niveau de croissance dans l'Union européenne plutôt plus faible qu'il y a un an ou deux" et à des "éléments d'incertitude" comme "les guerres commerciales". "C'est bon signe et ça veut dire qu'il faut continuer là encore avec cohérence avec constance avec détermination".

Lors de sa conférence de presse du 25 avril, Emmanuel Macron a estimé que la France avait besoin "de bâtir un pacte productif permettant de viser en 2025 le plein emploi", estimant cet objectif "à notre portée".

À ce rythme, et sans perspective de croissance plus forte, l'objectif de 7 % en 2022 semble ambitieux.

Share