L'essoufflement des "gilets jaunes" se confirme six mois après — France

Share

Et à un moment où le mouvement se structure, ce sont des coups bas intolérables.

Un incident a toutefois été constaté lors du défilé.

De samedi à samedi, ces dernières semaines, la mobilisation a connu un recul très sensible où l'on constate désormais des centaines de manifestants, alors qu'ils se comptaient par milliers tout au début.

Éric Ciotti a été exfiltré par des policiers alors qu'il était pris à partie par des manifestants à Nice lors de l'acte 26 des Gilets jaunes.

Les interdictions de manifester dans le périmètre de l'avenue des Champs-Elysées, de l'Assemblée nationale, du Palais de l'Elysée et de la cathédrale Notre-Dame ont encore été reconduites dans la capitale. "Le mouvement des gilets jaunes a été volé par l'extrême gauche violente". Des heurts qui ont fait dix blessés du côté des forces de l'ordre, au moins un du côté des manifestants et ont conduit à neuf interpellations. Plusieurs dégradations ont eu lieu malgré un important dispositif policier, selon les médias locaux.

La circulation du tramway est interrompue dans le centre-ville, et la manifestation provoque quelques bouchons.

A Lyon, où il y avait également environ 2.000 personnes, gendarmes mobiles et CRS ont été l'objet de jets de bouteilles, pierres ou pétards, entraînant de nombreux tirs de gaz lacrymogènes.

Share