British Steel confirme la reprise d'Ascoval malgré ses difficultés financières - Métallurgie - Sidérurgie

Share

L'inquiétude est revenue à Saint-Saulve, dans le Nord de la France.

Le 2 mai, la chambre commerciale du tribunal de grande instance de Strasbourg a désigné British Steel comme repreneur d'Ascoval, société de 268 salariés en redressement judiciaire depuis novembre 2017.

British Steel met ses difficultés financières sur le compte du Brexit.

British Steel dit avoir besoin d'un soutien financier " pour répondre aux problèmes liés au Brexit tout en continuant ses projets d'investissement ". Il rappelle avoir déjà dû faire appel à l'aide du gouvernement britannique le mois dernier pour payer auprès de Bruxelles une facture liée aux émissions de CO2.

Or, selon la chaîne d'information britannique Sky News, British Steel serait au bord de la cessation de paiement.

Sans citer ses sources, la chaîne d'information indique qu'un soutien financier avait été décidé par le gouvernement, début mai, mais que sa conclusion a pris du retard.

"Ces discussions n'ont pas d'impact sur la volonté du groupe British Steel de se porter repreneur de l'aciérie Ascoval de Saint-Saulve", ajoute le groupe britannique, qui entend respecter "tous ses engagements" sans délai supplémentaire. Le gouvernement britannique se préparerait à ce risque, tandis que le groupe, deuxième acteur de la sidérurgie au Royaume-Uni et qui emploie 5 000 personnes, chercherait un financement public d'environ 75 millions de livres (86 millions d'euros) afin de poursuivre son activité. Une source explique même qu'une partie du groupe pourrait se placer sous le régime des faillites dès mercredi. Interrogé par l'AFP, le ministère de l'Economie n'a pas souhaité faire de commentaire sur ce qu'il a qualifié de fuite.

Share