Après Notre-Dame, nouvelle souscription pour sites en péril

Share

"C'est pourquoi la collecte continue", poursuit-il, alors que l'une des quatre institutions retenues pour recueillir des fonds, la Fondation du patrimoine, a annoncé unilatéralement le week-end dernier la fin de sa collecte alors même que le coût total de la restauration n'a pas encore été officiellement établi. Cette cagnotte va être arrêtée la semaine prochaine, a indiqué Guillaume Poitrinal, le président de la Fondation du patrimoine ce vendredi sur franceinfo. Il faudrait près de deux milliards d'euros d'investissements dans le patrimoine français pour sauver les ponts interdits au public, les théâtres, les musées municipaux, ou encore les églises en danger, rappelle BFMTV. "Ca peut aller du petit lavoir qui est en train de disparaître, des monuments aux morts, des locomotives d'un intérêt patrimonial, aux phares qui sont en train de tomber dans la mer, on a de tout", a-t-il encore précisé. "On a de tout ".

Cité par 20 minutes, le président de la Fondation du patrimoine espère ainsi que le drame de Notre-Dame de Paris aura permis une "prise de conscience que le patrimoine est globalement mal entretenu et fragile". "La collecte globale de Notre-Dame devrait atteindre selon lui les 900 millions". "Les petits donateurs sont très nombreux et doivent être servis en premiers", a-t-il plaidé.

"En cas de surplus, " les grandes fortunes sont ouvertes à l'idée de réallocation de leurs dons car naturellement elles n'ont pas envie de verser de l'argent qui ne sera pas utilisé", dit-il". De nombreux Français y ont participé, ainsi que plusieurs grands patrons et personnalités.

Share