Air France : 465 postes concernés par le plan de départs volontaires

Share

Pour réduire la voilure face à une concurrence qui s'est accrue cette dernière décennie, Air France a présenté lundi aux représentants du personnel un projet de plan de départs volontaires destiné à supprimer jusqu'à 465 postes parmi son personnel au sol en France. Air France prévoit la suppression de 465 postes dans l'ensemble du pays à travers un plan de départs volontaires (PDV) qui a été annoncé aujourd'hui à l'occasion d'un comité social et économique central extraordinaire.

Orly et Marseille sont les escales les plus touchées par ce projet, avec une cible de 63 emplois supprimés pour chacune, suivies de près par Ajaccio (54 postes) et Bastia (50) qui devraient être amputées d'environ un tiers de leurs effectifs. Dans le cadre de la revue de ses activités, Air France envisage donc de diminuer son offre sur le court-courrier de 15% en sièges kilomètres offerts (SKO) d'ici fin 2021. Depuis 2013, les pertes cumulées s'élèvent à 717 M€.

L'activité domestique d'Air France a enregistré une perte de 189 M€ en 2018, en forte détérioration par rapport à 2017 (96M€). L'ouverture de quatre lignes à grande vitesse en 2016 et 2017 doit attirer 4,7 millions de voyageurs supplémentaires en 2020, et là où les lignes à grande vitesse se sont installées reliant Paris à moins de deux heures des provinces, les lignes d'Air France ont perdu 90% de parts de marché. Dans un contexte hautement concurrentiel, nous sommes tous pleinement mobilisés pour défendre un marché domestique essentiel pour Air France mais aussi plus globalement pour le groupe Air France-KLM.

Sous pression, notamment de la concurrence du TGV, Air France planifie une baisse d'activité de 15% à l'horizon de l'été 2021 sur ce réseau.

Des annonces sur une réorganisation des réseaux court et moyen-courrier étaient attendues depuis plus d'un an, avant d'être mises entre parenthèses en raison du mouvement de grève, puis du départ de l'ancien PDG d'Air France-KLM Jean-Marc Janaillac, rappellent plusieurs sources syndicales.

Share