Macron 'fera tout' pour empêcher le RN d'arriver en tête des européennes

Share

Dès son arrivée à Sibiu, la petite ville roumaine qui accueille le sommet européen informel, le président français a résumé l'enjeu: le 26 mai, les 400 millions d'électeurs européens auront à faire "un choix absolument crucial". "Cette mesure, c'est la submersion migratoire assurée sans plus aucune possibilité démocratique de s'y opposer à l'avenir", a notamment déclaré la présidente du Rassemblement national lors d'une réunion publique à Cers (Hérault).

Emmanuel Macron redonne ainsi de la vigueur au clivage entre progressistes et nationalistes qu'il avait développé l'an dernier avant de le mettre en sourdine ces derniers mois.

La liste du RN et celle du parti de la majorité sont actuellement au coude-à-coude en tête des intentions de vote du scrutin du 26 mai.

Et pour s'attaquer au parti de Marine Le Pen rien de tel que les grosses ficelles... ainsi Emmanuel Macron a ainsi expliqué son opposition au RN par le fait que lui est patriote français et européen... et de reprendre les mots de François Mitterrand: "le nationalisme c'est la guerre "... drôle de référence venant tout droit du monde d'avant.

Emmanuel Macron a commencé à s'investir dans la campagne en rendant mardi une visite surprise aux colistiers de la liste LREM conduite par Nathalie Loiseau pour sonner "la mobilisation". Il pourrait continuer à le faire, mais à sa "place" de président de la République, celui de "tous les Français", a-t-il précisé jeudi. Avec trois priorités: le climat, la "protection de nos frontières" avec la "refondation des accords de Schengen", et la construction du "modèle économique et social de la croissance de demain".

"On a le sentiment que La République en marche fait de la politique avec du marketing et qu'on s'adresse à des électorats en essayant de cibler les publics auxquels on va raconter exactement ce qu'ils ont envie d'entendre", a déploré M. Bellamy sur Radio Classique.

Share